La piété et la vertu, des exigences pour suivre le bon chemin et atteindre l'objectif
Chaque être humain y compris les enfants des écoles, les mères occupées aux taches du foyer et les gens de différentes professions, doivent observer la piété, pour rester dans le droit chemin et atteindre les objectifs.[1]
Développer une relation étroite avec le Saint Coran
Il faut reconnaitre que notre société s'était éloignée du Coran depuis de longues années. Nous avons tenté de réduire ce décalage et de réparer ce retard dans la République islamique. Les retards étaient très nombreux. Le Coran avant la Révolution, à l'époque des tyrans, n'était pas très présent dans la société….Nous avons l'intention de rattraper ce retard et dans ce but, beaucoup de travaux ont été faits dont nous observons les résultats. Mais ce n'est que le début du chemin. Il faut nous rapprocher du Coran. Les notions coraniques ne sont pas seulement des théories, elles doivent être appliquées dans la vie quotidienne. Or il y a parfois des gens qui ont une bonne connaissance du Coran mais sans effets dans leur vie ! C'est un fait auquel certaines participantes ont fait allusion, avant que je prenne la parole. Il faut que le Coran s'incarne dans notre vie. On interrogea un jour une des épouses du Prophète (AS) sur son comportement, elle répondit: « Sa conduite était le Coran même" (tiré du Fazael Al-Khamsah). Autrement dit, il appliquait les enseignements du Coran dans sa vie de façon parfaite. Cela doit aussi se réaliser dans notre société.[2]
Avancer dans le domaine spirituel, politique et social en préservant son identité et ses caractéristiques féminines
L'identité islamique consiste pour la femme, à protéger ses caractéristiques féminines naturelles, car les caractéristiques de chaque genre sont des valeurs, c'est-à-dire ses sentiments, ses émotions, son affectivité et son rayonnement, tout en développant les valeurs spirituelles de la science, de la piété, du rapprochement de Dieu et de la spiritualité, et celles du domaine social et politique, la résistance, la patience, l'engagement social et politique, la connaissance de son pays et de son avenir, des objectifs nationaux des pays musulmans, de l'ennemi, de ses complots et de ses tactiques, sans oublier la recherche constante de la justice et de la sérénité dans la famille.[3]
L’initiation spirituelle
Les femmes musulmanes doivent faire des efforts dans le domaine scientifique et dans le domaine de l'initiation spirituelle et morale. Elles doivent être à la tête des différents modèles de djihad et de combat. Elles doivent être indifférentes à la vie mondaine, aux futilités et au luxe. Elles doivent être si vertueuses et pures que les éventuels regards impurs soient détournés automatiquement.[4]
Le sens de l'honneur et le rejet de toute obligeance envers les hommes étrangers
L'arrogance est mauvaise sauf pour les femmes confrontées à des hommes qui ne sont pas leur mahrams [terme religieux désignant ceux avec qui le mariage est interdit]. Les femmes ne doivent être avenantes dans ce cas.
"Ne soyez pas complaisantes dans (votre) la parole" [Coran 33: 32]
Les femmes ne doivent pas parler de façon agréable aux hommes étrangers. Cette règle est là pour préserver la dignité et l'honneur des femmes. C'est ce que l'islam exige d'une femme musulmane et le modèle qu’il propose aux femmes.[5]
Refuser de devenir un objet sexuel et sauvegarder les limites de la culture islamique
Vus les femmes, vous êtes aujourd'hui les gardiennes des valeurs islamiques dans un contexte d’ignorance promu par le monde occidental. C’est vous qui êtes chargées de sauvegarder les limites de la culture islamique. Dans le cas de la science, de la culture et de la politique, les femmes doivent être éduquées de manière islamique. Elles doivent participer aux activités sociales, économiques, politiques et aux autres domaines similaires, et jouer un rôle de pionnières. Mais en ce qui concerne les questions sexuelles, elles ne doivent pas devenir un objet entre les mains de tel ou tel individu. C’est notre position à ce sujet.[6]
L'indifférence aux bijoux, au luxe et au piège de la mode tendu par les ennemis
De nos jours, être préoccupées par des bijoux est un défaut pour les femmes révolutionnaires iraniennes. Aujourd'hui, porter beaucoup de bijoux et d’ornements, et un intérêt démesuré pour les produits cosmétiques, la mode et les vêtements, sont une honte pour les femmes révolutionnaires iraniennes. La valeur de celles qui sont à la recherche de telles choses est très basse. Les ornements n’augmentent en rien la valeur d'une femme, bien au contraire, c’est l’indifférence aux bijoux et à l'or qui valorise une femme. La mode ne donne pas de valeur à une femme. Ce qui augmente la valeur d'une femme est l’indifférence à la mode qui est un piège des ennemis, tendu à nos femmes.[7]
Notes :
1- Partie du sermon du Guide suprême, prononcé lors de la prière du vendredi du 8 Février 1991 à Téhéran
2- Partie du discours du Guide suprême, prononcé le 20 Octobre 2009, lors d'une réunion avec des femmes chercheurs du Coran
3- Partie du discours du Guide suprême, prononcé le 20 Septembre 2000, lors d'une réunion avec un grand nombre de femmes iraniennes
4- Partie du discours du Guide suprême, prononcé le 16 Décembre 1992, lors d'une réunion avec les femmes iraniennes à l'occasion de l’anniversaire de naissance de Fatemeh Zahra (sa)
5- Partie du discours du Guide suprême, prononcé le 16 Décembre 1992, lors d'une réunion avec les femmes iraniennes à l'occasion de l’anniversaire de naissance de Fatemeh Zahra (sa)
6- Partie du discours du Guide suprême, prononcé le 13 Novembre 1991 à une rencontre avec un grand nombre d'infirmières à l'occasion de l’anniversaire de Zeynab al-Kubra (sa)
7- Partie du discours du Guide suprême, prononcé le 16 Janvier 1990, lors d'une réunion avec un groupe de femmes iraniennes

Mots clés: