Qui est l’Imam Ali (as)?
Le Commandeur des Croyants, 'Alî ibn d'Abû Tâlib (as), Ibn 'Abdul-Muttalib, Ibn Hâchim, Ibn 'Abd-Manâf, Ibn Quçay, Ibn Kelab, Ibn Morrah, Ibn Ka'b, Ibn Lu'ay, Ibn Ghâlib, Ibn Fihr (Quraych), Ibn Mâlik, Ibn Nazâr, Ibn Kinânah, Ibn Khazima, Ibn Modrika, Ibn Ilyâs, Ibn Modhar, Ibn Nazâr, Ibn Ma'd, Ibn Adnân, un descendant d'Ismâ'îl (as), fils béni d'Ibrâhîm (as). (Pour rappel : Les Hâchimites sont connus comme les véritables Isma'îlites, étant la descendance de Kinânah qui fut le 7è descendant en ligne directe de 'Adnân, lequel est un descendant d'Ismâ'îl, le fils du grand Prophète Ibrâhîm)
L'Imam 'Alî a grandi sous le toit du Prophète (as) pour des raisons socio-économiques selon les historiens : à l'époque, une crise généralisée s'abattit sur la Mecque, et Abû Tâlib n'avait pas suffisamment de ressources financières pour prendre en charge aisément sa grande famille ; alors le Prophète (sawas) proposa à son oncle Abbas que chacun d'eux prennent en charge l'un des fils de Abû Tâlib, et Abbas étant riche, il accepta. Alors le Prophète prit l'Imam 'Alî (as), et Abbas s'occupa de Ja'far. L'Imam 'Alî (as) a donc assisté alors qu'il était enfant à la descente de la révélation sur Muhammad (P). Dès les premiers jours de la naissance de l'Appel islamique, il s'y est converti. Il a pleinement vécu les principaux événements de l'histoire de la naissance de cet Appel et a participé à sa formation aussi bien du vivant du Prophète (P) qu'après son décès. La période pendant laquelle l'Imâm 'Alî a vécu, constitue la pierre fondamentale de l'histoire islamique, car le prolongement de celle-ci est fondé sur elle.
L'Imâmat du Commandeur des Croyants, après la disparition du Messager d'Allah (P) dura 30 ans. Pendant les premiers vingt-quatre ans et demi de son Imâmat, étant écarté du pouvoir et du Califat, il ne put faire appliquer les stipulations de la Charia telles qu'il les avait apprises sous la direction du Prophète, et pendant les cinq ans et demi restants, où il prit les rênes du Pouvoir, il était contraint de combattre sans discontinuer les hypocrites, les renégats, les apostats, les traîtres et les déviationnistes. Il se trouvait donc dans une situation assez semblable à celle du Messager d'Allah, qui, pendant les premières treize années de sa Mission, étant persécuté, encerclé, et pourchassé sans relâche par les polythéistes, n'avait pas pu faire prévaloir les dispositions de la Loi islamique, et pendant les dix années restantes, où il avait émigré à Médine, il devait lutter acharnement contre les mécréants et faire face aux complots des hypocrites.
Son arrivée au Khilafah coïncida avec l’expansion de l’Islam, de l’Est à partir de l’Iran en Ouest jusqu'à l’Égypte. Et depuis le premier temps de son Khilafah, il annonça qu’il appliquerait les principes de l’Islam, et établirait la justice et l’égalité pour tous, sans discrimination ni préférence. En fait sa vision du pouvoir est qu'il est un moyen de servir le peuple et non pas de se servir du peuple. Ce qui fait que sa gouvernance cristallise le symbole de la justice le plus parfait dans l’histoire de l’Humanité après celle du Prophète (sawas).
La famille selon lui (P)

*إِنَّ لِلْوَلَدِ عَلَى الْوَالِدِ حَقّاً، وَإِنَّ لِلْوَالِدِ عَلَى الْوَلَدِ حَقّاً. فَحَقُّ الْوَالِدِ عَلَى الْوَلَدِ أَنْ يُطِيعَهُ فِي كُلِّ شَيْء، إِلاَّ فِي مَعْصِيَةِ اللهِ سُبْحَانَهُ; وَحَقُّ الْوَلَدِ عَلَى الْوَالِدِ أَنْ يُحَسِّنَ اسْمَهُ، وَيُحَسِّنَ أَدَبَهُ، وَيُعَلِّمَهُ الْقُرْآنَ.
*Le père a un droit sur l’enfant et l’enfant a un droit sur le père. Le droit du père sur son enfant est que celui-ci doit lui obéir dans toutes situations, sauf lorsqu’il s’agit de désobéir à Allãh- qu’Il soit glorifié- et le droit de l’enfant sur son père est que celui-ci doit lui choisir un nom convenable, lui assurer une bonne éducation et lui apprendre le Coran.
*اَقْبَحُ المَعاصي قَطِيعَةُ الرَّحْمِ وَالعُقُوقِ.
*Les plus vilains des péchés sont la rupture du lien de parenté et la mauvaise conduite envers le père et la mère.
*شَرُّ الزَّوْجاتِ مَن لا تُواتي.
*Les pires des épouses sont celles qui ne répondent pas aux désirs de leurs époux.
*اِنَّ صِلَةَ الاَرْحامِ لَمِنْ واجِباتِ الاِسْلامِ وَاِنَّ اللَّهَ سُبْحانَهُ اَمَرَ بِاِكرامِهاوَ اِنَّهُ تَعالى يَصِلُ مَنْ وَصَلَها وَيَقْطَعُ مَنْ قَطَعَها وَ يُكـْـرِمُ مَنْ اَكْــرَمَها.
*Le maintien du lien de parenté est certes au nombre des obligations de l’Islam. Allãh -Gloire à Lui- a ordonné qu’il soit honoré, et Il -le Sublime- maintient le lien avec quiconque le maintient, le rompt avec quiconque le rompt, et honore quiconque l’honore.

*اِنَّ اَفْضَلَ الخَيْرِ صَدَقَةُ السِّرِّ وَبِرُّ الوالِديْنِ وَصِلَةِ الرَّحْمِ.
*La meilleure œuvre de bienfaisance est l’aumône discrète, la bonté envers le père et la mère, et l’aide aux proches parents.

*زِيادَةِ الشُّكْرِ وَصِلَةِ الرَّحْمِ تَزيدانِ النِّعَمَ وَتَفْسَحانِ في الاَجَلِ.
*Remercier beaucoup (Allãh de Ses bienfaits) et maintenir les contacts avec les proches parents, augmentent les bienfaits et prolongent l’espérance de vie.