La Vénérable Nadjmeh Khotoun est aussi la mère du Huitième Imam, le Vénérable ALI IBN MOUSSA REZA (Paix sur lui).
Ce qui revient à dire que Hazrat Mahsoumeh (Paix sur elle) est la sœur de Imam Riza (Paix sur Lui).
Donc ils sont issus d’une même mère.
La Vénérable Mahsoumeh (Paix sur elle) est née le premier jour du mois de Zul gadeh, le onzième mois du calendrier Islamique, en l’an 173 de l’Hégire Lunaire dans la ville Médine.
Un peu tard, son enfance coïncida avec l’arrestation de son Vénérable père par Haroun à Bagdad en Iraq, puis son l’assassinat. Depuis ce temps, la Vénérable Mahsoumeh (Pais sur elle) était sous la surveillance de son frère aîné, Imam Reza (Pais sur Lui), sans proche parent ni un membre de sa fille, fut obligé de s’exiler à Khorasan (Machhad, Iran).
Une année après l’exil de son frère et suite à un désir ardent de visiter son frère, la Vénérable Mahsoumeh (paix sur elle) accompagnés de ses frères, neveux et nièces se sont lancé sur la route pour Khorasan où ils étaient partout accueillis avec enthousiasme par les habitants des villes et villages au cours de leur voyage.
Comme sa Vénérable tante, hazrat Zaynab (Paix sur elle. La Vénérable Mahsoumeh (Paix sur elle) faisait parvenir aux musulmans et aux croyants le message des opprimés, celui de l’exile de son Vénérable frère, Imam Reza (Pais sur Lui), de son opposition et celle des membres de sa famille au gouvernement rusé des Abbassides.
Sa caravane était arrivée dans la ville Saveh (Iran). Nombre des opposants de Ahlul Beit (Pais sur Eux) qui avaient des liens avec le régime de Bagdad se lancèrent en guerre contre la Vénérable Mahsoumeh et sa caravane. Bref, les hommes qui l’accompagnaient avaient tous trouvé la mort au cours de ce combat. D’après certains, la Vénérable Mahsoumeh fût même empoisonnée.
De toutes façons, c’était soit à cause des effets du deuil et des chagrins soit suite aux effets de cet empoisonnement, la Vénérable Fatimeh Mahsoumeh (Paix sur elle) était tomba malade, comme elle n’eut plus de possibilité de poursuivre son voyage jusqu’à Khorasan, elle se décida à quitter la ville de Saveh pour celle de Qum.
Elle posa cette question : « La distance qui sépare la ville de Saveh et de Qum est de combien de kilomètres ? »
Ceux qui furent présents lui répondirent : Nous allons vous transporter à Qum.
Elle ajouta … parce que j’avais entendu mon père dire : « La ville de Qum sera le centre de nos partisans (centre du Chiisme.)
Lorsque les nobles de la ville de Qum saisirent la nouvelle, puis ils allèrent à la rencontre de cette Vénérable dame.
Moussa ibn Khazardj, l’un des nobles parmis les gens de la famille de Ashari pris la Vénérable Mahsoumeh au dos de son chameau et un nombre considérable d’autres personnes furent sur leurs chameaux.
C’était environ le 23 Rabi ul Awal, de l’Hégire lunaire, l’an 201 la Vénérable Hazrat Mahsoumeh (Paix sur elle) arriva à Qum.
C’est chez Moussa ibn Khazardj, là où se trouve à présent Meyidan (Rond-point) Mir, que le chameau de la Hazrat Mahsoumeh (Paix sur elle) s’arrêta et où elle passa ses derniers jours. Hazrat Mahsoumeh (Paix sur elle) avait passé environ quelques dix-sept jours dans la ville Sainte de Qum. Pendant ce temps, elle ne s’adonnait qu’à la prière et la dévotion de Allah le Très Haut. Son lieu de prière étant dans l’école « Setieh » s’appelé BEITUL NOUR « La maison de la lumière » qui est devenu à présent un lieu de visite pour les dévoués.
Enfin au deuxième de l’an 201, elle rendra son dernier souffle et ce deuil affligea profondément les shiites.
La population de Qum dans les glorifications apportèrent sa sainte dépouille dans sa dernière demeure, LE JARDIN DE BABYLONE, qui ces jours-là était encore hors de la ville.
Pendant que le tombe était déjà prête, cependant un problème posa faire descendre le corps de cette vénérable.
Brusquement deux personnes au visage voilé surgirent du côté du Qibla (la direction de la Mecque).
Après la prière funèbre l’un d’eux entra dans la tombe et second lui donna le saint corps de la Vénérable Fatima Mahsoumeh (paix sur elle) et ils l’enterrèrent.
Après les cérémonies de l’enterrement, toujours voilés et sans parler à personne, les deux hommes remontèrent sur leurs chevaux et disparurent.
Il est vrai et certain que ces deux personnes furent les envoyés de Dieu : Le Vénérable Imam Reza et Imam Djavod (paix sur eux), car selon la loi Islamique un saint n’est enterré que les saints. C’est pour cette raison que la Vénérable Fatima Zahra (paix sur elle) fut lavée et enterrée par le Commandant des croyants Ali ibn Abitalib (paix sur Lui).
Après l’enterrement Moussa ibn Khazardj construisa un abri en natte sur la tombe de la Vénérable Fatima Mahsoumeh (paix sur elle) jusqu’à ce qu’en l’an 256 de l’Hégire lunaire que la Vénérable Zeinab (paix sur elle), la fille de Imam Djovod (paix sur Lui) construisa le premier dôme sur la tombe de sa Vénérable Tante.
Ainsi le tombeau de cette Vénérable Dame de l’Islam est devenu le lieu de visite des dévoués et de guérison pour ceux qui aiment les Ahlul Beit (Paix sur Eux) et la Guidance.
La Ville du Qom
Qom est une ville d'Iran. Située à 150 km au sud-ouest de Téhéran, c'est la capitale de la Province de Qom. Elle est située le long de la rivière Qom et comptait, en 2005, 1 042 309 habitants.Qom est une des villes saintes du chiisme, puisque c'est le site où est enterrée Hazrat Fatimah Ma'sumeh, sœur de Ali ar-Rida (en persan Imam Reza, 789-816). La ville accueille la plus grande hawza d'Iran, qui égale en taille celle de Nadjaf en Irak.
Histoire
Qom en tant que ville existait déjà à l'époque pré-islamique. Les découvertes architecturales indiquent que Qom était un lieu de résidence depuis le 5e millénaire avant notre ère.
Les vestiges pré-islamiques et les textes historiques soulignent le fait que Qom était une grande ville régionale.
Kom était l'ancien nom de la ville, que les envahisseurs arabes du VIIe siècle rebaptisèrent Qom.
Pendant le califat de Omar ibn al-Khattab, la région de Qom tomba aux mains des armées de l'Islam. En 645, Abu Musa al-Achari déploya de forces sous son commandement dans la région. Des conflits s'ensuivirent entre les armées d'invasion arabe et les résidents de la zone.
À l'époque Seldjoukide, la cité fleurit de nouveau.
Durant l'invasion Mongole de la Perse, la ville connut une destruction importante, mais après que la dynastie mongole régnante, aussi connue sous le nom Ilkhanat, se fut convertie à l'Islam pendant le règne de Oldjaïtou (en persan : Muhammed Kharbenach) la ville reçut une attention spéciale, lui permettant de revivre une fois de plus.
À la fin du XIVe siècle, la ville fut mise à sac par Tamerlan et les habitants furent massacrés. Mais pendant la période de règne des Qara Qoyunlu, des Aq Qoyunlu et spécialement pendant l'époque Safavide, Qom regagna l'attention des monarques et se développa grâce à son mausolée religieux.
En 1503, Qom était devenu un centre théologique important du chiisme et était aussi devenu un site de pèlerinage important.
La ville connut des dommages importants pendant les invasions afghanes et encore pendant le règne de Nâdir Châh et des conflits entre les maisons Zand et Qajar luttant pour le pouvoir en Iran.
Mausolée de Hazrat Fatimah Ma'sumeh
Finalement, en 1793, Qom passa sous le contrôle de Agha Mohammad Qajar. Après avoir été victorieux sur ses ennemis, le Shah Qajar Fath Ali Shah fit réparer le sépulcre et le mausolée de Hazrat Ma'sumeh, tel qu'il en avait fait le vœu.
La ville de Qom connut de nouveau la prospérité à l'époque Qajar. Après que les forces russes entrent dans Karaj en 1915, de nombreux habitants de Téhéran vinrent se réfugier à Qom à cause de la proximité des troupes russes, et le transfert de la capitale à Qom fut même envisagé. Mais les Britanniques et les Russes influèrent sur ce projet en mettant la pression sur Ahmad Shah Qajar. À cette période, un "Comité de défense nationale" fut mis en place à Téhéran, et Qom se transforma en foyer de la contestation contre les puissances coloniales britanniques et russes.
Pendant son règne, le shah a voulu faire de Qom une ville industrielle en exploitant les nappes de pétrole de cette région. Après la révolution de 1979, les recherches ont été abandonnées.
De nombreuses années plus tard, Qom devint le centre à partir duquel l'Ayatollah Khomeini basa son opposition aux Pahlavi pendant qu'il était en Iran. Pendant de nombreuses années, Qom fut la résidence de Khomeini qui mena les évènements de la révolution islamique, qui en changea pour Téhéran après la révolution.
Qom aujourd'hui
Aujourd'hui, Qom compte parmi les centres les plus importants du chiisme, à la fois en Iran et dans le monde. Son centre théologique (où les musulmans chiites viennent suivre les leçons de leurs maîtres : les ayatollahs) et le mausolée de Hazrat Ma'sumeh sont les caractéristiques essentielles de la capitale de la province de Qom. Un aute site de pèlerinage en dehors de la ville est appelé Jamkaran.
Dans la mosquée où repose Fatimah Ma'sumeh, soeur du huitième Imam, morte il y a douze siècles, les gardiens de sa châsse l'aspergent d'eau de rose du matin au soir. Les femmes viennent toucher les parois du sanctuaire pour obtenir bonheur conjugal et fécondité. Depuis la révolution, la mosquée a tendance à devenir un lieu où l'on vénère plus Khomeiny que Fatimah. L'ayatollah, pensent ses fidèles, doit préparer le retour du douzième Imam, celui qui annoncera en personne la fin des temps.
La proximité de la ville avec Téhéran a apporté à Qom des avantages.
Attractions de Qom
Mausolée de Hazrat Fatimah Ma'sumeh
L'Organisation de l'héritage culturel d'Iran liste 195 sites historiques à Qom. Les plus visités sont
•Grotte Kahak
•Grotte Vashnuh
•Lac salé Howz-e Soltan
•Grand lac salé Namak
•Bibliothèque Mar'ashi Najafi, contenant plus de 500 000 manuscrits et copies.
•Musée Astaneh Moqaddaseh
•Bazaar de Qom
•Séminaire Feyzieh
•Mosquée Jamkaran
•Mosquée du vendredi
•Mosquée Atiq
•Mosquée A'zam
•Mausolée de Fatimah al-Masumeh