La Naissance de l'Imam Ali Zaynoul Abedine (p)
L'Imâm Ali-As' Sadjad (as) Notre 4ème Imam (as)
Nom : Imam Ali (as)
Titre : Zaynoul Abedine, Sayaadous Sajedine, Sajjad, Sayadous Salehine, Abul Aïmmah, Ibnoul Khayratain…
Kounyat: Abul Mohammad, Aboul Hassan, Aboul Kassim…
Nom de père : Imam Hussain (as)
Nom de la mère : Bibi Shahrbânou
Date et lieu de naissance : 5 Sha'bane de l'an 38 de l’Hégire à Médine
Date et lieu de décès : 25 Mohar’ram en l'an 95 de l'Hégire à Médine.
'Imam-As'Sadjdjad (Ali fils de Hussayn nommé Zayn Al-Abidin et As-sadjad) était le fils du troisième Imam (as) et de la princesse Shahrbânou, la fille du Roi d'Iran Yazdgerd III. Il est né le 5 Sha'bane de l'an 38 de l’Hégire. Lorsque l'Imam Al-Hussain (as) épousa la princesse Shahrbânou, l'Imâm Al-Ali (as) lui dit :
"Ô, Aba Abdallah ! Elle, Shahrbanou, mettra au monde pour toi, le meilleur homme qui soit ".
Il devint le 4ème Imam (as) de la descendance du Prophète après le meurtre de l’Imam Al-Hussain (as). Il était le seul survivant des fils du troisième Imam (as) car ses trois frères, Ali Akbar, Dja'ffar et Ali Asghar (ou Abdallah) qui était un nourrisson se martyrisèrent à Karbala.
Il était sans égal quant à son savoir, ses prières et ses autres qualités telles que la piété, l'aide aux pauvres. Beaucoup de gens ont acquis le savoir de lui. Ses paroles, ses invocations et ses narrations historiques sont encore préservées. Il sortait fréquemment dans l'obscurité de la nuit, portant des bourses et parfois de la nourriture et même des bûches. Lorsqu'il arrivait à la maison d'un pauvre, il frappait à la porte et distribuait ce qu'il portait. Il tenait à cacher son visage pour garder l'anonymat. C'est seulement lorsqu'il mourut que les gens comprirent que c'était lui qui avait toujours été leur bienfaiteur.
Il aimait beaucoup à s'asseoir et manger avec les pauvres, les orphelins et les infirmes. Sa conduite était exemplaire. Chaque mois il rassemblait ses esclaves et leur disait : «Si quelqu'un parmi vous désire se marier, je le marierai. Et quiconque désire être libre, je, lui rendrai sa liberté». Chaque fois que quelqu'un venait lui exprimer son besoin, il lui disait : «Bienvenu à toi qui m'aide à transférer mes économies dans l'au-delà».
Il était pieux et il accomplissait d'innombrables rak'ah de Prières par jour. Pendant la Prière, son corps tremblait comme une feuille de palmier et son visage pâlissait par crainte d'Allah, Il était connu comme «dul thafana», c'est-à-dire quelqu'un dont la peau des genoux s'est endurcie à force de travail. L'origine de ce titre est due à ses nombreuses prosternations, qui provoquent le durcissement de la peau du front, de la paume des mains, des genoux et des pouces. Tous les six mois, ces parties durcies devaient être enlevées.
Lorsqu'il se rappelait Allah (swt) et Ses bontés, il se prosternait toutes les fois qu'il récitait les versets dans lesquels la prosternation était mentionnée, il se prosternait. Toutes les fois qu'il accomplissait ses prières obligatoires où qu'il réconciliait deux personnes, il se prosternait. C'est en raison de ces actes de prosternation qu'il fut surnommé «al-Sajjâd» (celui qui se prosterne beaucoup). Les gens de son époque avaient l'habitude de dire : «Nous n'avons jamais vu un Quraychite meilleur que lui».
L'Imam (as) accompagna son père dans ce voyage qui se termina à Karbala mais à cause d'une maladie grave et de son inaptitude à porter les armes, il fut empêché de participer à la guerre sainte. Il fut envoyé avec les femmes à Damas. Après une période d'emprisonnement, il fut renvoyé avec tous les captifs à Médine car Yazid voulait se concilier l'opinion publique avec soi-même. Sur l'ordre du calife Omeyyade, Abdal Malik, il fut enchaîné et envoyé de Médine à Damas, puis renvoyé de nouveau à Médine.
Après ce dernier retour à Médine, le quatrième Imam se retira complètement de la vie publique, ferma la porte de sa demeure aux étrangers et passa son temps en adoration. Il fut en relation seulement avec l'élite des chi'ites tels Abou Hamzah Themâli, Abou Khâlid Kâbouli et leurs semblables. Ces élites répandirent parmi les chi'ites les sciences religieuses qu'elles avaient appris de l'Imam. De cette manière, le chi'isme s'étendit considérablement pendant l'imamat du cinquième Imam (Bagher). Parmi les oeuvres du quatrième Imam le livre nommé « Sahifah Sadjdjadiyah » qui consiste en cinquante sept prières se rapportant aux plus sublimes sciences divines, est connu comme " le psautier de la famille du Prophète."
Le quatrième Imam fut martyrisés à l'âge of 58 ans, à Médine , le 25 Muharram 95 AH. empoisonné par Waleed bin Abdul Malik Marwan sur l’instigation du calife omeyyade Hishâm) en 95/712 après trente cinq ans d'imamat.
Il était sans égal quant à son érudition, ses prières et ses autres qualités telle que la piété, l'aide aux pauvres. Beaucoup de gens ont acquis le savoir auprès de lui. Ses paroles, ses invocations et ses narrations historiques sont encore préservées. Il sortait fréquemment dans l'obscurité de la nuit, portant des bourses et parfois de la nourriture et même des bûches.
Lorsqu'il arrivait à la maison d'un pauvre, il frappait à la porte et distribuait ce qu'il portait. Il tenait à cacher son visage pour garder l'anonymat. C'est seulement lorsqu'il est tombé en martyre que les gens comprirent que c'était lui qui avait toujours été leur bienfaiteur.
Il aimait beaucoup à s'asseoir et manger avec les pauvres, les orphelins et les infirmes. Sa conduite était exemplaire. Chaque fois que quelqu'un venait lui exprimer son besoin, il lui disait : «Bienvenu à toi qui m'aides à transférer mes économies dans l'au-delà».
Parmi les contemporains de Zayn al abidine(as) figurait un poète arabe renommé qui s'appelait Farazdaq. Ce dernier décrivit l'Imam comme celui qui avait la meilleure mine et la meilleure odeur de son temps.
Sur son front figuraient les traces de la prosternation, c'est pour cela qu'on le surnomma as-sajjad (le prosterné).