Nous somme le 5e de mois jamadiol Awal, L’anniversaire de la bienheureuse naissance de la fille de l'Imam Ali et Fatima-Zahra (p), la vénérée Zeinab, bénie soit-elle, aux 5 ou 6 e années Hijir, occasion baptisée en Iran, la journée des infirmières.
Félicitation à tous les infirmières du monde musulmanes, Ainsi que à toutes les sœurs surtout ceux qui portent le prénom Zeinab.
La dame Zeinab (S) fut surnommée Umm Al-`Awâjiz (La Mère des indigents), en raison de sa miséricorde envers les pauvres et les démunis. Elle fut aussi surnommée Umm Hachim (Mère des Hachémites), car suite au drame de Karbalâ’, elle veilla sur la descendance du Prophète — paix et bénédictions sur lui et sa descendance— et sur son neveu `Alî Zayn Abidîn, le seul survivant de la bataille parmi la progéniture de l’Imâm Al-Husayn. Montagne de bravoure et de foi, elle fut le symbole de la patience dans l’adversité et de la vérité face au despotisme.
Elle a porté le Message du Messager de Dieu (Pslf) et ses bons caractères. Elle a porté le courage de son père 'Alî (p), la dévotion et la science de sa mère Fatima, et la guidance de ses deux frères Hassan et Husayn. Elle représentait la femme dont la raison était remplie de science, dont la vie était remplie de la fidélité à l'égard de Dieu, le Très-Haut, ainsi que de la lutte pour Sa cause.
Le 5 Joumada al oula de l’an 5 (ou 6) de l’hégire, il naquit une enfant qui ressemblait beaucoup à Khadidja t-al-Kubra, la Dame dévouée à l’islam, La première femme du Noble Prophète (pslf) : Khadidja t-al Kubra.
Selon les sources historiques les plus fiables, Hazrat Zaynab, la troisième enfant de
Fatima t-al Zahra (a.s.), est née le 5 Joumada al oula de l’an 5 (ou 6) de
l’hégire. Lors de sa naissance, le Prophète Mohammad (pslf) était hors de Médine. Amir al-Mu’minin Ali (as) attendu donc le retour du Prophète (pslf) pour nommer son enfant. Quand le Prophète (pslf) est rentré, il appela la nouvelle-née Zaynab et la confia avec tellement de recommandations à sa famille ; tant l’enfant ressemblait à Khadidja t-al Kubra, sa grand-mère.
La ressemblance de Zaynab (a.s.) à Khadidja (a.s.) n’était pas uniquement physique, et tout
comme sa grand-mère qui avait subi énormément de difficultés au début de l’islam
et avait fait preuve d’une vaillance et de dévouement exceptionnels pour
soutenir autant que possible la nouvelle religion, Zaynab aussi fit pareil, et
par la patience et le sacrifice qu’elle s’imposa, contribua à protection de l’islam.
On trouve parmi les descriptions faites d’elle :
De point de vue de caractère, elle tenait de sa grand-mère Khadidja (a.s.) et
de point de vue de chasteté, elle ressemblait à sa mère Zahra (a.s.)
Jusqu’à ses six ans, elle fut éduquée par sa mère et sous la surveillance du Prophète (pslf)
Et ensuite, c’est Ali (a.s.) qui s’occupa de l’éducation de sa fille, jusqu’au mariage de
celle-ci avec Abdullah ibn Jafar en 17 de l’an de l’hégire. Quelques années
plus tard, quand les gens choisirent Ali (a.s.) en tant que Khalifa, Zeynab se
rendit de Médine à Kufa pour soutenir son père et pendant les cinq années dures
de Khilafah de de Amir al-Mu’minin Ali (a.s.), elle était toujours à côte de son
père et lui rapportait du calme et du soulagement aux moments les plus difficiles
et s’occupait en même temps de l’enseignement des femmes de Kufa.
Quand Ali (a.s.) reçut le coup d’épée mortel de Kharijite Ibn Muljam Muradi en faisant ses prières dans la mosquée, c’était encore Zaynab qui se mit à soigner son père et suite
au martyre de celui-ci et le commencement de Imamat de Imam Hassan (a.s.), elle
rejoignit son frère Imam Hassan et déménagea à Médine, Quand son deuxième frère, Imam Hussein vint s’installa à Médine.
En l’an 50 de l’hégire, quand Muawiya empoisonna Imam Hassan (a.s.), Zaynab ne manqua point de s’occuper de son frère et après le martyre d’Imam Hassan (a.s.), elle fut au service d’Imam Hussein (a.s.) et en l’an 60 de l’hégire, elle quitta Medine avec son frère à destination de la Mecque, et depuis, jusqu’au Jour d’Achoura, elle était participa au soulèvement mené par son frère et ne délaissa jamais celui-ci.
L’histoire nous dit que quand l’équipe d’Imam Hussein était en route
d’Irak, Ibn Abbas propose à Imam de ne pas amener les femmes et les enfants
avec, si le voyage était inévitable ; et c’est Zeynab qui lui riposte :
Je jure par Dieu que je n’abandonnerai jamais Hussein ; je resterai, je
vivrai et je mourrai avec lui.
Au jour d’Achoura,
en plus de sacrifices faits par ses frères, ses enfants, ses neveux, etc. elle aussi montra un
dévouement qui ébahit tous et dès la fin de la journée d’Achoura en l’an
60 de l’hégire, elle accomplit la lourde tâche de transmettre le message des
martyre au monde, de s’occuper et d’organiser les captifs du Soulèvement d’Achoura
et ne cessa jamais de soutenir Imam Zay nul-Âbidin (a.s.) et à plusieurs reprises tout au long de leur voyage long et terrible sauva la vie à ce dernier, qui était son neveux d’ailleurs. Hazrat
Zaynab (a.s.) fit aussi des discours très bouleversants qui ébranlèrent
vraiment les le fondement de la royauté des Bani Umayyade, et neutralisé ainsi toutes
les propagandes trompeuses et les ruses des ennemies et parvint à dénoncer les hypocrites
et redonner la conscience aux gens.
Le Mouvement de Karbala, les Bani Umayyade aurait fait ou l’oublier ou le
détourner, s’il y avait pas eu les efforts extraordinaires et le dévouement
hors pair de Zaynab.
Le jour de son anniversaire est nommé en Iran la journée des infirmières ; en dépit des soignes apporte par Zeinab a la famille prophétique et les enfants en captivités. nous félicitons cette journée à toutes les infirmières du monde.