Notre Saint-Prophète saw est né en l’an 570 après Jésus Christ c’est-à-dire au cours de l’année de l’éléphant. À cette époque-là, les Arabes n’avaient pas de calendrier avec des années. Ils se référaient à des événements historiques importants : guerres, décès de personnalités importantes etc. C’est pour cela que l’année de naissance de Mouhammad saw était connue comme l’année de l’éléphant car durant cette année, Abraha vint avec son armée d’éléphants dans le but de détruire la Sainte-Kaaba[1].
À ce moment-là, c’étaient les descendants d’Ibrahim A.S. qui assuraient la sécurité de la Sainte-Kaaba. Dans Genèse, chapitre 17, versets 18 à 20, Dieu promet à Ibrahim A.S. que dans la lignée d’Ismaïl A.S. il y aura 12 princes qui feront partie d’une génération fructueuse[2].
L’événement de l’éléphant montre le rôle qu’avait Hazrat Abdoul Mouttalib dans la société arabe. Tandis que tous les Mecquois prennent peur en voyant l’armée d’Abraha, H. Abdoul Mouttalib se rend dans le camp d’Abraha pour réclamer ses chameaux.
Les différentes écoles islamiques ne sont pas unanimes sur la date de naissance de notre Saint-Prophète saw : les Ehle Sounnat parlent du 12 Rabioul Awwal tandis que nous célébrons l’anniversaire de Mouhammad saw le 17 Rabioul Awwal. Quoiqu’il en soit, cette semaine de Rabioul Awwal est une semaine spéciale pour tous les musulmans. C’est pour cela qu’Imam Khomeini l’avait proclamée semaine de l’unité et recommandait aux différentes écoles islamiques de célébrer cet événement ensemble et de se rendre dans les mosquées des uns et des autres pour développer la fraternité et le sens du partage.
Au moment où notre Saint-Prophète saw est né, les familles nobles arabes avaient pour coutume d’emmener leurs bébés dans le désert au bout de 8 jours. C’était une habitude dans l’aristocratie. Aussi, Hazrat Aména, la maman de Mouhammad saw confia son fils à une nourrice dans le désert. Elle le fit pour 3 raisons :
1 – le désert est un environnement dans lequel l’enfant est indépendant, où il a une pensée libre. Les enfants grandissant dans le désert peuvent donc être des libre-penseurs durant les premières années de leurs vies. De plus, dans le désert, il n’y a pas de bâtiments, de foule, de magasins, de marchés etc. C’est donc un endroit propice pour se concentrer sur les créations et par conséquent sur le Créateur. C’est l’occasion de réfléchir sur soi, sur le sens de la vie, sur le rôle que l’on a dans la société. L’enfant grandissant dans le désert n’est pas influencé sur ce qu’il doit penser. Il a la liberté de penser.
2 – La ville de Makka n’était pas saine. L’environnement était mauvais : les gens enterraient leurs filles vivantes, ils faisaient le tawaf de la Sainte-Kaaba nus etc.
3 – Le vent et l’air de Makka étaient chauds et malsains. Il y avait de nombreuses maladies et des épidémies.
Mouhammad saw a eu deux nourrices qui ont été choisies par son grand-père Hazrat Abdoul Mouttalib. La première s’appelait Souwaybah et était la servante de son oncle Abou Lahab. Ce dernier adorait son neveu Mouhammad saw avant qu’il ne déclare son nabouwwat[3]. Souwaybah a également été la mère de lait de Hazrat Hamza. C’est pour cela que quand on demanda au Saint-Prophète saw d’épouser la fille de Hazrat Hamza, il a répondu qu’il ne pouvait pas le faire car H. Hamza et lui-même avaient la même mère de lait.
La seconde nourrice de Rassouloullah était Halimah Sadia, une femme pieuse craignant Dieu. Elle raconte qu’elle eut beaucoup de bénédictions dans sa vie depuis le moment où elle s’est mise à prendre soin de Mouhammad saw.
Ensuite, après le décès de son grand-père Hazrat Abdoul Mouttalib, c’est Hazrat Abou Talib et Bibi Fatima binte Assad qui ont pris soin de Mouhamad saw. Lorsque le Saint-Prophète saw avait 12 ans, il accompagna son oncle à la tête d’une caravane commerciale vers la Syrie. En route, ils rencontrèrent un moine qui remarqua que quand le jeune Mouhammad marchait avec H. Abou Talib, chaque arbre s’inclinait derrière eux. Le prêtre chrétien comprit tout de suite qui c’était.
Lorsque le Saint-Prophète saw avait 20 ans, il fonda le Hilfoul Fouzoul, traité des Grands Principes. À cette époque, les gens emmenaient des marchandises à Makka pour les vendre. Il y eut un incident durant lequel un étranger venu à Makka se fit voler par un commerçant Mecquois. Le Hilfoul Fouzoul était une ligue pour protéger les transactions commerciales et mettre fin aux vols dans l’État Arabe. Mouhammad saw était le premier à dénoncer l’injustice à ce moment-là.
Tous les Arabes connaissaient Mouhammad saw comme "Sadik" (le véridique) et "Amine" (le loyal). Personne ne l’appelait Mouhammad. Les gens ne se focalisaient pas sur le nom mais plutôt sur les mœurs[4] de l’homme[5].
Mouhammad saw vécut de telle sorte durant les 40 premières années de sa vie que les gens ne pouvaient pas voir même un seul point noir chez lui[6].
La mission du Saint-Prophète saw était très simple. La société qui l’entourait était stagnante : elle était touchée par la maladie de l’ignorance (Jaahiliyya)[7] qui se répandait tel un virus. Rassouloullah insistait sur l’importance de la réflexion sur sa vie et sa personnalité. Aujourd’hui, l’Islam est trop dogmatique. Le véritable être humain est celui qui réfléchit sur son rôle dans ce monde car, grâce à cette réflexion, tout le reste se mettra en place.
Hazrat Miqdad raconte qu’il entendit un compagnon du Saint-Prophète saw relater un hadith selon lequel une heure de réflexion est meilleure qu’un an d’adoration. Un second compagnon lui fit part du hadith disant qu’une heure de réflexion est meilleure que 7 ans d’ibadats. Un troisième compagnon affirma que Mouhammad saw avait dit : « Une heure de réflexion est meilleure que 70 ans d’adoration ». Ne comprenant pas pourquoi Rassouloullah avait parlé tantôt d’un an, tantôt de 7 ans puis de 70 ans à une autre occasion, il alla le voir pour lui demander des explications. Le Saint-Prophète saw dit à Miqdad : « Viens avec moi et allons rencontrer différentes personnes ! » Sur leur route, Rassouloullah interrogea un homme : « Que faites-vous lorsque vous réfléchissez ? » lui demanda-t-il. L’homme répondit : « Je regarde la création et cela me fait penser au Créateur. » Le Saint-Prophète saw dit à Miqdad : « Une heure de réflexion pour lui est meilleure qu’un an d’adoration. Ils avancèrent et Rassouloulla posa la même question à un autre homme qui répondit : « Quand je réfléchis, je me demande comment je vais faire le Jour du Jugement lorsque je serai interrogé sur ce que j’ai fait en public mais aussi en secret. J’ai peur et ai honte parce que tout ce que j’ai fait en privé sera révélé devant tout le monde. » Le Saint-Prophète saw commenta : « Une heure de réflexion pour ce monsieur est meilleure que 7 ans d’ibadats. » Ils rencontrèrent ensuite un troisième homme qui répondit comme ceci à la même question : « Je pense au feu de l’enfer et je prends peur ! » Le Saint-Prophète saw dit alors : « Ce genre de réflexion va apporter des changements chez la personne. C’est pour cela qu’elle est meilleure que 70 ans d’adoration. »
Quand le Saint-Prophète saw a commencé sa mission, il n’a pas dit aux gens : « Faites le namaz ! Jeûnez ! Donnez la charité ! Accomplissez le pèlerinage ! Portez le hijab ! » La première chose sur laquelle il a insisté c’est la réflexion. Et même durant les 40 années avant la Révélation, il montrait aux Arabes l’importance de la méditation. Sa seconde grande mission a été d’enlever le racisme dans la société car quand l’Homme réfléchit, il ne peut pas être raciste. Le Saint-Prophète a insisté sur l’égalité et sur les droits de chaque être humain. Rappelez-vous comment Bilal est devenu musulman : quand Ammar-e-Yassir a été capturé par les chefs Koraïchites suite à sa conversion à l’Islam, on lui dit : « Explique-nous la religion de Mouhammad ! » Il raconta alors que Rassouloullah disait que Dieu nous a tous créé libres de nos actes et qu’il ne nous jugera pas selon notre race[8].
Le Saint-Prophète saw fit en sorte que la religion soit propagée intellectuellement et non pas émotionnellement.
En troisième lieu, Rassouloullah montra l’importance du respect des personnes de religions différentes. Souvenez-vous que lorsque les musulmans étaient maltraités à Makka, le Saint-Prophète saw invita un groupe d’entre eux à émigrer en Abyssinie car le roi chrétien qui y régnait était très bon.
La quatrième grande mission de Rassouloullah a été d’insister sur le respect de l’autre genre en tant qu’êtres humains, c’est-à-dire qu’il soulignait les droits des femmes[9]. Souvenez-vous que les Arabes enterraient leurs bébés-filles vivantes et que les femmes étaient déshéritées. Le Saint-Prophète saw donna des droits fondamentaux aux femmes. Il mit en place le système de mahar – dot – que la nouvelle épouse reçoit[10].

Traduit par une Kaniz-e-Fatéma

Notes :
[1] Cf http://shia974.fr/madressa/tarikh_3_en_power_points.html (leçon 5 : Amoul Fil)
[2] Couronnée de succès
[3] Le fait qu’il était Prophète
[4] Les qualités morales
[5] Aujourd’hui, les gens se concentrent davantage sur le nom et l’apparence extérieure des autres sans prendre la peine de les connaître de l’intérieur.
[6] Quand vous montrez aux gens une feuille blanche avec un petit point noir et que vous leur demandez ce qu’ils voient, tous vous répondront : « Nous voyons un point noir. » Personne ne vous dira : « Il y a beaucoup de blanc. » Nous avons tendance à nous focaliser sur les défauts des autres au lieu de nous concentrer sur leurs qualités.
[7] http://shia974.fr/majaliss/lignorance_maladie_de_lintellect_muharram_200...
[8] Cf http://www.shia974.fr/biographie_de_bilal_ammar_nakshwani_muharram_2010....
[9] Cf http://www.shia974.fr/reforme_de_la_femme_en_islam.html
[10] À cette époque-là, la dot allait au père de la jeune mariée, mais pas à elle.