« J’entrai à Médine et je vis al-Hussein fils de ‘Alî(p). Son apparence et son bel aspect me plurent.
Mais ma colère contre son père, ‘Alî fils d’Abû Tâleb(p), enfouie dans mon cœur et qui avait engendré jalousie et haine à son encontre, me poussa à le provoquer. J’allai à sa rencontre et lui demandai : « Tu es le fils d’Abû Turâb ? »
Il me répondit que oui.
Alors je me suis mis à l’insulter, lui et son père ! (Que Dieu nous en préserve !)
Mais lui(p), au lieu de me répondre de même, posa sur moi un regard plein d’affection et de bonté, puis dit :
« Je cherche protection auprès de Dieu contre le shaytân maudit !
Par le Nom de Dieu le Tout-Miséricordieux, le Très-Miséricordieux !{Accepte ce qu'on t'offre, ordonne ce qui est convenable et éloigne-toi des ignorants.* Et si jamais le Diable t'incite à faire le mal, cherche refuge auprès de Dieu, car Il est Celui Qui entend et Qui sait tout.* Certes ceux qui craignent[Dieu] lorsqu'une suggestion des diables les touche, se rappellent, ils sont alors clairvoyants.* Quant à leurs frères, ils les enfoncent dans l'aberration, puis ils ne cessent [de s'enfoncer].} (199-202/7 al-A‘râf) »
Il(p) ajouta :
« Que Dieu étende sur toi la demande de pardon pour moi et pour toi.. »
Je sentis le regret de mes excès de langage à son égard pointer en moi.
Il(p) dit alors : {Pas de récrimination contre vous aujourd'hui ! Que Dieu vous pardonne. C'est Lui Le plus Miséricordieux des miséricordieux.}(92/12 Youssef)
Puis il(p) lui demanda : « Tu es de Shâm (l’actuelle Syrie) ? »
Je lui répondis par l’affirmative.
Il(p) me dit : « Tel père tel fils » (shanshanat a‘afuhu min Akhzam) ! Que Dieu nous fasse vivre ainsi que toi. Expose-nous tes besoins et ce qui t’arrive. Tu me trouveras dans la meilleure opinion de toi, si Dieu (qu’Il soit Exalté) le veut ! »
La terre avec toute son étendue me devint étroite et j’aurais aimé qu’elle m’eût englouti. Je me dérobais rapidement à ses yeux. Mais, depuis, il n’y a pas de plus aimable pour moi sur terre que lui(p) et son père(p). »
Témoignage de ‘Isâm fils d’al-Mustalaq, in Safînah al-Bihâr, vol.2 p705

Mots clés: