La question de la prédestination et du destin est l’une des plus importantes ayant suscité une multitude de débats, soit par mauvaise compréhension, soit par mauvaise intention. Afin d’élucider cette question, essayons de l’étudier l’ensemble.
Notion de prédestination et du destin
La prédestination et le destin, d’un point de vue islamique, désignent l’apparition inéluctable des prophètes grâce à la volonté d’Allah (la prédestination). Cette apparition est assortie de mesures et de caractéristiques également soumises à la volonté divine (le destin).
L’explication est la suivante: le monde est basé sur des calculs exacts en ce sens que toute chose est caractérisée par un volume, une quantité et un lieu donné dans l’existence, qu’elle puise dans sa cause et en raison du rapport entre la cause et son effet, car toute cause produit ses propres effets.
Ainsi, tous les êtres physiques sont en perpétuel état de mouvement et de transformation et prêts à la réalisation, tandis que leurs destins diffèrent selon la nature des influences et des directions, certaines disparaissant, d’autres s’accélérant...
En fait, ce n’est pas la prédestination et le destin qui déterminent le sort de l’être, mais c’est plutôt la cause qui est en est à l’origine, et puisque les êtres physiques ont plusieurs causes, il est normal que leurs sorts soient aussi nombreux. En d’autres termes, les sorts seront les substituts.
Transfiguration du sort
Nous avons dit que les êtres physiques ont été existenciés par des causes multiples. Par conséquent, il leur est possible de transfigurer leurs sorts. Ainsi, le malade, par exemple, pourrait connaître divers dénouements. Il peut guérir après avoir consulté un médecin compétent et s’être conformé à ses recommandations, ou alors faire traîner sa maladie parce qu’il aura consulté un médecin non compétent, ou aura négligé ses recommandations, et que par la suite, sa maladie empirant, il en mourrait.
Toutes ces situations concordent avec la prédestination et le destin. En vérité, Allah a créé le médecin, le médicament et les microbes et les a dotés de caractéristiques. Ainsi, lorsque l’un d’eux se manifeste, ce n’est que grâce à la volonté d’Allah (la prédestination) et il en est de même de leurs caractéristiques (le destin).
Dès lors, il est possible à l’homme de transfigurer son sort, mais toujours dans le cadre de la prédestination et du destin. Cela veut dire que la transfiguration du sort s’effectue dans les limites de la prédestination et du destin. Elle ne peut aller à l’encontre de la loi de la causalité, et en est plutôt un de ses aspects.
On a demandé à l’imam ‘Ali lorsqu’il se releva de l’ombre d’un mur qui était sur le point de s’effondrer: « est-ce que tu fuis la prédestination d’Allah? » ce à quoi il répondit: « je fuis de la prédestination d’Allah à son destin ».
Tout comme le fait de s’asseoir à l’ombre d’un mur sur le point de s’effondrer faisait partie de la prédestination d’Allah, le fait de se relever et le salut font également partie de la prédestination d’Allah, exalté, soit-il.
Les facteurs influant sur la prédestination et le destin
Les facteurs influant sur le sort de l’homme se divisent en deux:
Les facteurs physiques et les facteurs moraux.
a- les facteurs physiques
Ce sont le travail, l’effort, la faiblesse, la passivité, l’environnement, la famille, les amis, les gouverneurs, la société, l’héritage, le médicament, les microbes, la propreté, la richesse, la nature, les accidents, etc. ainsi, chaque facteur intervient pour jouer son rôle dans le sort de l’homme.
Combien d’hommes ont été rendus heureux par leurs épouses, combien d’autres ont été rendus malheureux? Ainsi, à chaque homme est réservé un sort qu’il a choisi de son propre gré. D’ailleurs Allah, exalté soit-il dit dans le noble Coran à ce sujet: « Allah en vérité ne modifie nullement l’état d’un peuple tant que les individus [qui le composent] ne modifient pas ce qui est en eux-mêmes ».
b - les facteurs moraux
Les facteurs physiques ne sont pas seuls à avoir une influence, les facteurs moraux agissent, eux aussi, sur le sort. Ces facteurs sont d’une amplitude et d’une intensité telles qu’il est impossible de les comparer avec les facteurs physiques qui sont limités et impuissantes, à l’exemple de l’action du médicament et de la compétence du médecin, car l’état du malade peut arriver à un point où le médecin n’y pourra plus rien. Par contre les facteurs moraux ne connaissent pas de limites. Nous en citerons quelques-uns:
1 - La prière invocatrice: c’est l’un des facteurs qui agissent de façon considérable sur le sort de l’homme et peut même repousser la prédestination confirmée. Notre maître Muhammad, qu’Allah prie sur lui et le salue, a dit: « la prière invocatrice repousse la prédestination même si elle a été confirmée ».
Allah dit dans le noble Coran: « lorsque mes serviteurs t’interrogent à mon sujet, dis-leur que je suis [près d’eux], que j’exauce le vœu de celui qui m’invoque. Qu’ils répondent donc à mon appel [par leur soumission] et croient en moi pour être bien dirigés ». Nombreux sont les versets et les récits se rapportant à ce sujet.
2 - Le combat pour la cause d’Allah: ceux qui combattent pour la cause d’Allah connaîtront le bonheur. Le noble Coran dit à cet égard: « nous dirigeons assurément sur nos chemins ceux qui combattent pour notre cause et, en vérité, Allah est avec ceux qui font le bien ».
Le monde est pourvu de facteurs évidents, et de bien d’autres, prêts à l’action et à l’influence sur ceux qui en manifestent le désir et recherchent la vérité.
3 - L’aumône, la bienfaisance et les péchés: tout comme la bienfaisance produit des effets positifs sur le destin de l’homme, les erreurs et les péchés ont leurs effets négatifs.
L’imam Sadiq, que la paix soit sur lui, a dit: « ceux qui meurent sous l’effet de péchés sont plus nombreux que ceux qui arrivent au terme fixé, et ceux qui vivent sous l’effet de la bienfaisance sont plus nombreux que ceux dont la vie est longue ».
Les gens à l’esprit sain et ayant un droit sur la personne, tels les parents et les proches ou encore le professeur, agissent de façon extraordinaire et rapide sur le sort de l’homme.
4 - La confiance en Allah: Allah dit dans le noble Coran: « Allah suffira à quiconque s’en remet à lui. Allah atteint ce qu’il propose. Il a fixé pour chaque chose une mesure ».
Dans tous les cas, toute forme d’obéissance, de bienfaisance, de repentir, de prière invocatrice, ou au contraire, toute forme d’injustice, d’égarement, agit sur le parcours de l’homme durant toute sa vie, sa sûreté, ses biens, son bonheur et son malheur. Et tout cela se réalise dans les limites d’une suite de calculs particuliers.
Le monde est basé sur la connaissance, et la sanction des actions n’est qu’un des différents aspects de la prédestination et du destin dont on ne peut d’échapper.
Différence entre la vision religieuse et la vision matérialiste
1 - Contrairement à la vision matérialiste, la vision religieuse tient compte d’un certain nombre de facteurs moraux agissant de façon considérable sur le sort de l’homme et qui constituent un réseau plus vaste et plus complexe que les facteurs physiques.
2 - La vision religieuse considère l’homme et l’ensemble de la création comme un tout cheminant vers une fin, un but et revêtant un sens, ce qui fait défaut à la vision matérialiste.
3 - La vision religieuse donne à l’homme l’espoir, lui procure une profonde vitalité et lui ouvre les horizons. Ainsi, il devient plus perspicace et voit mieux. Cette vision l’empêche de tomber dans l’égarement et le vide, et l’incite plutôt à suivre la voie de la réalisation, ce que la vision matérialiste ne peut également faire, au contraire, elle pousse plutôt vers l’abîme du désespoir et le vide.
4 - La vision religieuse envisage le monde tel qu’il est régi par un ordre où domine la sagesse et c’est alors, qu’à travers cette vision, se manifeste en lui le désir de s’en remettre à Allah pour le guider dans la juste voie, tout en ayant la conviction qu’en agissant ainsi, l’ensemble des créatures - manifestes ou non manifestes - lui viendront en aide.
Quant à la vision matérialiste, elle n’y croit pas du tout.
5 - La vision religieuse met l’homme à l’abri des illusions et de l’injustice comme elle le sauve du désespoir et de l’égarement.
Allah dit dans le noble Coran: « afin que vous ne vous tourmentiez point au sujet de ce qui vous a échappé et ne vous réjouissiez pas trop de ce qu’il vous accorde. Allah n’aime pas le superbe plein de gloriole ».
Explication incomplète
Lorsque la vision complète fait défaut, les conceptions erronées sur la prédestination et le destin se manifestent. Alors, commence à se développer une notion fataliste à laquelle l’homme finit par céder. C’est ainsi que certains pensent que la croyance à la prédestination et au destin est un facteur responsable de l’inaction et de la passivité. Cette fausse interprétation de la prédestination et du destin peut affecter certaines sociétés et se greffer ainsi à leurs croyances, pour servir ensuite de justificatif à leurs échecs.
À vrai dire, la croyance à la prédestination et au destin ne contredit pas la liberté dont dispose l’homme et son choix. Elle ne contrecarre pas son effort pour une quelconque activité. Elle représente plutôt, si elle était bien comprise, un stimulant pour la multiplication de l’activité, de l’effort et de la résistance.
Les versets du noble Coran ayant trait au sort des nations et des peuples n’ont pas justifié leur fin par une prédestination et un destin inéluctables.
Il y a des millions de facteurs en mouvement, dans l’existence, suivant la loi de la causalité par laquelle tout effet est lié à sa cause. Certains facteurs demeurent cachés à l’homme, tandis que d’autres sont manifestes, et naturellement, les calculs relatifs à tout ce qui est caché échappent à l’homme.
L’homme doit s’efforcer de comprendre les différentes causes, manifeste et non manifestes afin de s’assurer le meilleur sort possible. La prédestination et le destin, comme nous l’avons dit plus haut, ne constituent pas un obstacle à la liberté de l’homme, elles lui serviront plutôt de repère, lui renforceront sa foi, doubleront son espoir grâce à sa croyance aux facteurs moraux et à leurs effets intenses et illimités sur la détermination de son sort.
Nous terminerons ce sujet par les paroles de l’imam ‘Ali ibn abi Tâlib, qu’Allah soit satisfait de lui, après son retour de Siffîn. ainsi, quelqu’un l’interrogeant sur son départ à Siffîn, lui demanda s’il était prédestiné et déterminé par Allah, ce à quoi il répondit:
« Malheur à toi ! Peut-être as-tu pensé que mon départ était inéluctablement prédestiné et déterminé ! S’il en était ainsi, la récompense et le châtiment n’auraient aucun sens, la promesse et la menace seraient nulles. En vérité, Allah, exalté soit-il, a ordonné à ses serviteurs d’obéir à ses injonctions tout en leur laissant le libre choix. Il leur a imposé des interdictions tout en les mettant en garde, et les a chargés de certaines obligations tout en les leur facilitant. Il ne les a pas chargés de tâches tout en les leur rendant plus pénibles. Il a beaucoup rémunéré pour peu de bien. Il ne s’endurcit pas si son serviteur lui désobéit et s’il lui obéit, ce n’est pas par contrainte. Il n’a pas envoyé de prophètes par amusement. Il n’a pas fait descendre le livre sacré à ses serviteurs inutilement et n’a pas créé les cieux et la terre et ce qui est entre eux vainement ».
« Ce n’est pas en vain que nous avons créé les cieux et la terre et ce qui est entre eux, comme le pensent les infidèles. Malheur aux infidèles [à cause] du feu [qui les attend] ! »
Résumé
1 - La notion de prédestination et de destin implique que tous les phénomènes se réalisent par la volonté divine (prédestination) de par leurs caractéristiques et leurs mesures également déterminées par la volonté divine (le destin).
2 - Dans le monde physique, le sort des phénomènes n’est pas inéluctable, car il peut être modifié suivant les facteurs et les causes.
3 - Outre les facteurs physiques qui peuvent influer sur le sort de l’homme, il y en a d’autres, moraux, tels la prière invocatrice, l’aumône, la confiance en Allah, la supplication, qui jouent chacun son propre rôle et produit des effets intenses sur le sort de l’homme.
4 - Contrairement au point de vue matérialiste, la foi en la prédestination et au destin, selon le point de vue religieux, inspire à l’homme l’espoir, la vitalité, un objectif à atteindre, la modestie et l’incite à fournir davantage d’efforts.
5 - La mauvaise interprétation de la prédestination et du destin développe chez certains une notion fataliste qui les pousse à céder à la régression et à l’inaction.

Mots clés: