Selon les fatwas du Grand Ayatullah Sayyed Ali Sistani
Tuer les Parasites du Corps Humain
Article 253: Il n'est pas permis au mohrem de tuer les poux, et même d'en débarrasser son corps ou ses vêtements en les jetant, selon "la précaution". Il lui est permis toutefois de les transférer d'un endroit à l'autre de son corps ou de ses vêtements.
S'il venait cependant à en tuer un ou plusieurs ou à s'en débarrasser, la précaution prioritaire commande qu'il se rachète par le don d'une "poignée d'aliment". Quant aux puces, punaises et leurs semblables, la précaution commande de ne pas les tuer tant qu'elles ne présentent pas de nuisance au mohrem. Mais les repousser est permis en toute vraisemblance, bien que la précaution commande de s'en abstenir.
Se Parer
Article 254: La "précaution" commande que le mohrem, homme ou femme, évite l'usage de tout ce qui est considéré par la "norme" comme ornement, peu importe qu'il le fasse dans le but de se parer ou non. L'exemple en est l'usage du henné de la façon courante. On peut certes utiliser le henné, si son utilisation ne se fait pas dans le but de se parer, mais pour traitement. De même, il est permis de l'utiliser avant le port de l'Ihrâm, même s'il laisse des traces jusqu'au moment de l'Ihrâm.
Article 255: Il est permis de porter des bagues au moment de l'ihrâm, non comme ornement, mais en tant qu'acte pieux recommandé, ou dans le but d'éviter de perdre une bague, ou encore pour le décompte du nombre de tours de tawâf accomplis etc. En tout cas la "précaution" commande au mohrem de s'abstenir de porter une bague pour se parer.
Article 256: Il est interdit à la femme en Ihrâm de porter des bijoux à titre d'ornement. Et selon la "précaution", elle doit éviter de les porter, même dans un autre but. Font exception à cette règle, les bijoux que la femme a l'habitude de porter avant le port de l'Ihrâm, à condition de ne pas les montrer devant son mari ou d'autres hommes mahram (1) (père, frère, neveu, etc.) selon "la précaution prioritaire".
L'Usage de l'Huile
Article 257: Il est interdit au mohrem l'usage de l'huile même non odorante. Il peut toutefois consommer de l'huile non parfumée, même si elle sent bon, comme cela a été expliqué dans l'Article 238. De même il est permis au mohrem l'usage des huiles non parfumées comme traitement médical, ou même des huiles parfumées ou odorantes en cas de nécessité.
Article 258: L'aumône expiatoire dont est passible le mohrem pour l'usage de l'huile parfumée ou odorante, est le sacrifice d'une brebis, si cet usage a été fait avec préméditation et en connaissance de cause, et l'alimentation d'un pauvre, si c'est par ignorance, selon la précaution.
Notes:
1- Mahram: c'est un membre de la famille avec lequel on n'a pas légalement le droit de se marier (père, frère, neveu).