Le mariage temporaire

Le droit islamique, qui est en harmonie avec l’esprit de la justice et le bien-être social et qui est d’une noblesse et d’une profondeur particulière, est vraiment digne de satisfaire les besoins de l’époque contemporaine.

Les lois concernant le mariage et la famille, en Islam, sont très progressistes et supérieures à celles des autres religions et doctrines.

L’Islam et le christianisme s’opposent aussi, en ce qui concerne le problème du mariage. L’Église fait rigoureusement obstacle au mariage autant que l’Islam essaye de le favoriser. Pour les chrétiens, le mariage était mal vu et le célibat chose à encourager. Les autorités chrétiennes ne font que suivre aujourd’hui leurs ancêtres et c’est une question récemment débattue au grand congrès du Vatican.

Après de longues négociations et des échanges de vues, on décida que le mariage, comme par le passé, sera déconseillé et que l’Église ne pourra faire preuve d’aucune tolérance à ce sujet.

Évidemment, si l’on fait obstacle aux instincts sexuels qui sont le plus enracinés chez l’homme et que l’on ne puisse les satisfaire correctement, ils se manifesteront sous forme de déviation sexuelle. C’est même cette façon de penser et ces méthodes du christianisme qui sont à l’origine de l’expansion honteuse de la débauche et des déviations sexuelles dans le monde chrétien.

Les gens voulant fuir la répression sexuelle de l’Église, se sont livrés à la frénésie, ont foulé au pied tous les principes, pour bien sentir la liberté.

Le fait que l’Islam encourage les jeunes au mariage, dès les premiers signes de puberté, prouve en soi qu’il cherche à faire exploiter cette énergie sexuelle, avec une attitude humaine et non pas bestiale.

L’existence des instincts sexuels chez l’homme est un fait indéniable, l’Islam reconnaît donc qu’il faut satisfaire ses besoins et considère cela comme un honneur.

« L’amour pour la femme, selon l’instinct, et l’affection pour les enfants, sont ornements pour les gens. » (Coran: 3,12)

Il y a quatorze siècles, l’Islam afin de mettre fin à la corruption qui, de nos jours, a envahi le monde, autorisait le mariage temporaire selon les nécessités sociales. Il a ainsi combattu la souillure et établi le bien et tout ce qui est convenable, dans la société.

Avant l’Islam, la prostitution et les relations illégitimes étaient naturelles et chose courante. Les maisons de prostitution étaient ouvertes au public. Le Prophète (que le salut de Dieu soit sur lui), afin de réformer la pensée, les mœurs et les actes des gens et afin d’empêcher la débauche sexuelle et l’adultère, a autorisé le mariage temporaire, et c’est grâce à cette loi qu’il a dirigé les instincts sexuels vers le bon chemin.

Un héraut, proclamait de la part du Prophète:
« O gens, le Prophète vous autorise le mariage temporaire. Utilisez donc les sains moyens pour satisfaire vos instincts sexuels au lieu de vous lancer dans la débauche sexuelle et l’adultère. »(1)

Selon cette loi, l’homme et la femme, sans avoir, à se soumettre à un engagement permanent, au mariage perpétuel, peuvent conclure des liens conjugaux provisoires et respecter la conjugalité jusqu’au terme de l’accord. Bien que ce genre de mariage n’ait d’héritier, et que l’homme n’ait pas à assurer la subsistance en nourriture, en vêtement et en logement de la femme, la plupart des règlements du mariage perpétuel doivent y être respectés.

Une femme qui se lie de la sorte avec un homme est vraiment considérée comme son épouse. Les règlements du mariage la concèdent et elle jouit de certains droits. Le Coran dit:

« Les femmes que vous prenez en mariage temporaire payez leurs salaires d’honneurs. » (Coran: 4.28).

Ce qui fait la différence entre les mariages perpétuels et temporaires est donc uniquement la durée.

La progéniture en a le même caractère aussi. Les enfants issus d’un mariage temporaire bénéficient des mêmes droits que ceux issus d’un mariage ordinaire.

Si la corruption ne cesse de se répandre, c’est principalement parce que ceux qui n’ont pas les moyens de se marier n’ont pas non plus accès au mariage temporaire, dans leur société.

Le problème du voyage à l’étranger surtout pour des raisons diverses, telles que le commerce, les études, ou pour des raisons d’ordre national, militaire et même pour le divertissement, font partie des nécessités de la vie ; le mariage ou le fait de devoir traîner sa femme et ses enfants en voyage, sont chose difficile, voire même impossible.

Compte tenu du fait qu’il faut satisfaire son instinct, même dans des conditions et des situations particulières, dont les jeunes hommes qui voyagent pour des questions de commerce, d’études... etc. y a-t-il donc un autre moyen que le mariage temporaire pour résoudre ce problème?

Cette loi réformiste et progressiste, appliquée correctement, pourra être utilisée comme un moyen efficace pour lutter contre la débauche, la corruption et toute autre déviation sociale.

Ainsi, les maisons de prostitution et les centres de débauche seront fermés, les mœurs publiques mieux respectées et beaucoup de femmes, qui ont pris le mauvais chemin, seront sauvées.

Certains ignorants essayent par leur propagande mensongère de donner au mariage temporaire une autre forme et de la présenter autrement qu’elle n’est.

Pour les en empêcher, il faut procéder à une éducation morale au niveau général, ce à qui s’efforce le plus l’Islam.

En outre, toute infraction aux lois doit être punie, sinon, ces lois n’auront aucun effet. Les réfractaires doivent être corrigés.

Le cinquième Imam déclare citant Ali (que le salut de Dieu soit sur lui):
« Si le deuxième Calife n’avait pas prohibé le mariage temporaire, aucun musulman, à moins d’être vraiment vil et ignoble, n’aurait commis l’adultère. » (2)

Car selon les célèbres déclarations du deuxième Calife, Omar, le mariage temporaire était pratique et courant, l’époque du Prophète:
« Il y a deux choses qui étaient pratiquées à l’époque du Prophète, que j’interdis et que je punis: Le hadj non obligatoire (de pèlerine plus d’une fois à la Mecque) et le mariage temporaire. » (3)

Il est évident qu’Omar a fait cela sur une décision personnelle. Nombreux ont été les fidèles qui n’ont attaché aucune importance à cette sanction d’Omar. Comment ceux qui rejettent le mariage temporaire, veulent-ils résoudre le problème de nos sociétés assaillies de toute part par les facteurs de trouble et de provocation, tels que les revues et les films immoraux, les programmes ignobles de la radiotélévision et le maquillage provoquant des femmes à moitié nues, qui menacent chaque instant les jeunes de chute morale et de débauche, et qui placent les jeunes vertueux dans une dangereuse impasse?

Les jeunes peuvent-ils tous se contrôler face à leurs passions? Peuvent-ils résister à leurs désirs sexuels, dans les périodes critiques de la jeunesse, qui atteignent leur paroxysme, à cause des scènes provocantes qui sont offertes à leurs vues? Peuvent-ils faire preuve de patience et supporter toutes ces difficultés?

Doit-on autoriser la prostitution, ce fléau qui dévore aujourd’hui le monde? L’homme doit-il se laisser entraîner librement par ses passions bestiales dans la confusion du monde animal et de se plonger dans la luxure?

Le Coran dit:
« Voulez-vous échanger le meilleur pour le moins bon. » (Coran: 2,61)

Ou alors, vaudrait-il mieux appliquer la loi du mariage temporaire pour que des millions de femmes divorcées, célibataires ou veuves, qui pour assurer leur subsistance, vivent dans la misère, soient sauvées et qu’elles puissent mener convenablement leur vie?

Admettons que ces femmes puissent assurer, en travaillant, leur subsistance. Cela pourra-t-il en soi satisfaire leurs sentiments et les aspects, spirituels de leur vie? Cette subsistance pourra-t-elle donner à elle seule une réponse convaincante aux penchants de leurs cœurs et à leur attachement vis-à-vis de l’homme? Si leurs sentiments innés et leurs instincts sexuels sont réprimés et que les désirs brûlants de leur être ne sont pas satisfaits convenablement, ces tendances peuvent se manifester chez elles sous forme de déviations qui aboutiraient à la souillure et à la chute.

De nos jours, dans les pays occidentaux, les relations illégitimes entre l’homme et la femme ont pratiquement remplacé le mariage temporaire. La société se trouve confrontée à un désordre sexuel.

Les grands penseurs occidentaux, en observant cette situation déplorable ainsi que l’expansion de la prostitution, ont ressenti le strict besoin d’appliquer le mariage temporaire.

Le philosophe Bertrand Russel écrit:
« Dans le monde d’aujourd’hui, les nécessités et les difficultés font que contrairement à ce que nous souhaitons, les jeunes se marient tard. Il y a cent vingt ans, par exemple, un étudiant terminait ses études à 18 ou 20 ans et il était disposé à se marier dès le début de sa puberté, lorsque la pression des instincts commence à se faire sentir. Très peu nombreux étaient ceux qui n’étaient pas disposés au mariage, en raison de leurs études scientifiques et spécialisées, prolongées jusqu’à ce qu’ils atteignent l’âge de trente ou quarante ans.

Mais à présent, les étudiants ne commencent pas leurs études scientifiques et industrielles spécialisées qu’à l’âge de vingt ans.

Leurs études une fois terminées, ils cherchent tout d’abord à s’assurer les moyens de subsistance. Et c’est seulement les trente-cinq ans passés qu’ils peuvent se permettre de se marier.

Ainsi les jeunes d’aujourd’hui sont obligés de franchir tant bien que mal, une longue période, entre la puberté et le mariage ; période très critique, ou les instincts sexuels se manifestent et ne cessent de se développer et/ou les jeunes doivent difficilement résider contre les passions et les apparences trompeuses de la vie.

Si nous négligeons cette longue période si déterminante dans ordre social, elle n’aura d’autre conséquence que la propagation de la corruption et la négligence de la santé de la génération, de la morale et des principes qui existent entre l’homme et la femme, dans la société. Que faut-il donc faire?

Le plus raisonnable serait de promulguer une loi qui autoriserait une sorte de mariage temporaire pour les jeunes, sans que les problèmes de la vie familiale et du mariage perpétuel leur soient imposés. Pour ainsi diminuer le nombre des actes illégitimes et l’infraction aux lois.

Dilian Van Loom, un professeur d’université (américain) déclare:
« L’expérience et les lois psychologiques ont prouvé que les hommes et les femmes, après une période de leur vie conjugale, n’ont plus aucun attrait l’un pour l’autre, et c’est pour cela qu’ils sont victimes de déviation sexuelles.

Comme le montrent les bilans, 63 % des hommes mariés trompent leurs femmes (en occident). Le gouvernement doit donc autoriser le mariage temporaire, grâce auquel l’homme et la femme se choisissent et vivent ensemble pour la durée qu’ils désirent afin de mettre fin à ces déviations et pour alléger le poids de la vie conjugale. » (4)

Notes:

1-Wasa'il, tome 44, p.447.

2-Ibid, p.436 et 440.

3-Du livre Al-Ghadir, tome 6, p.200.

4-La santé du mariage du point de vue de l’Islam, p.175.

 

Schlüsselwörter: