Ceux qui ont perdu leur confiance en soi face aux récents progrès industriels de l’Europe, ont certainement négligé les réserves techniques, culturelles et les recherches scientifiques des musulmans ou oublié leur influence évidente sur le récent progrès de l’occident.

L’essor qu’a donné l’Islam à l’humanité a été si puissant et constructif que les nations les plus arriérées ont atteint le stade le plus évolué en un rien de temps. Son courant a pour longtemps donné au monde, une clarté manifeste.

Le plus grand miracle de l’islam a été son apparition dans un milieu plein d’ignorance et de faire de cette nation exclue jusqu’alors du rang de l’humanité, une nation qui édifia ses bases sur un style nouveau qui ne s’inspirait pas du déterminisme, créant ainsi le plus grand mouvement de l’histoire. Et sans qu’aucun facteur matériel ni d’environnement ne soit responsable de cette évolution, l’humanité a été libérée de tous les juges. Aucun facteur hormis l’islam ne pouvait si bien orienter un peuple vers la vérité.

Le jour où l’islam est entré dans la vie des gens, il a tout bouleversé: les sentiments, la compréhension, la pensée ainsi que tous les autres aspects de la vie et les relations entre les individus et la société.

L’Islam a très vite ouvert sa voie jusqu’aux plus vastes et puissants empires de l’époque. Au nord, les guerriers musulmans franchissaient les Pyrénées après avoir conquis l’Andalousie, et parvenaient aux villes frontalières de la France, alors qu’à l’Est, après la conquête de Sand et du Pendjab, ils progressaient vers la Chine.

Ces victoires et ces conquêtes, accompagnées d’un strict respect des principes humains, étaient sans précédent. La nation musulmane répandait le message vivifiant de l’islam et les principes de la justice et de l’égalité, voire hors de la péninsule arabique. L’Islam a renversé les pouvoirs tyranniques, a éclairé la pensée des peuples, et les a initiés à la vérité. Grâce à sa logique et à la profondeur de ses enseignements, il a influencé les religions des territoires conquis et les croyances des nations de l’époque, de sorte que les autres religions lui ont peu à peu cédé la place. Les idolâtres arabes, les Zoroastre iraniens et les chrétiens de l’Égypte et de la Syrie se convertissaient à l’islam.
Aucun signe ne laissait prévoir une telle civilisation pour la nation arabe préislamique, ni un terrain propice à la fondation d’une civilisation si solennelle, ni un milieu favorable à l’épanouissement des sciences. En outre, la situation géographique n’était pas des meilleurs.

L’histoire de la civilisation islamique laisse voir en évidence les meilleures et les plus efficaces périodes de la civilisation humaine, qui font toute preuve de la profonde pensée et des efforts indéterminables déployés par les musulmans à la recherche de la science. Ils ont innové la science expérimentale, et les résultats de leurs efforts sont apparus nettement en Andalousie nouvellement convertie à l’Islam. Les ennemis de l’Islam ne pourront jamais renier cette évolution des nations sur les plans moral et matériel, sans précédent dans l’histoire de l’humanité.

L’Islam, n’a jamais ressenti le besoin d’accorder libre cours au désordre moral et à la débauche pour obtenir la force matérielle. Au contraire, par son mouvement révolutionnaire exceptionnel, il a renversé l’ignorance, le fanatisme et la superstition pour les remplacer par les qualités morales.

Dans l’obscure période du Moyen-Age, lorsque l’Europe était si soumise à la pression de l’ordre imposé par l’église et qu’elle était engloutie dans les ténèbres, le désordre, la sauvagerie, l’Islam apportait une civilisation multilatérale, qui projetait le plan du progrès industriel et scientifique de l’après-renaissance.

C’est en ce temps-là que Galilée passait devant le tribunal, accusé de s’être rallié au système du monde proposé par Copernic, système déclaré hérétique. Il dut abjurer à genoux devant le tribunal de l’Inquisition sa prétendue hérésie en ces termes:
« Moi, Galilée, dans la 70e année de ma vie, je m’agenouille devant vous (le pape et les curés) et alors que j’ai devant moi le Saint Évangile et que je le touche de mes mains, je me repentis et rejette cette prétention, vide de vérité, du mouvement de la terre et la déclare haïssable et hérétique. »(1)

Le célèbre philosophe, Bacon, s’est vu interdire par le roi d’Angleterre Édouard Ier, toute discussion portant sur la Chimie. On l’a de même empêché de prononcer son discours à l’université d’Oxford, à propos de cette science. Il fut ensuite exilé à Paris, pour rester sous la surveillance de l’église. À l’époque de Bacon, l’intérêt pour la science passait pour absurdité. Les entretiens et les débats sur la compréhension et l’identification des objets étant considérés comme sataniques, on criait à Bacon: « Coupez les mains à ce sorcier, renvoyez ce musulman ».

Historiquement parlant, le rôle de l’Islam dans la fondation du mouvement scientifique européen est indéniable. Les chroniqueurs et les savants occidentaux rapportent avec précision cette réalité. Nous allons à présent vous faire part de certains progrès scientifiques et techniques des musulmans cités par les occidentaux.

Note :

1-L’Histoire des Sciences

 

 

Mots clés: