Plus les spécialistes explorent la vie dans les premières heures de son apparition sur la terre, plus ils s’éloignent de notre temps et plus leur tâche s’étend vers les périodes les plus lointaines. Aussi la question se pose-t-elle d’une façon de plus en plus mystérieuse, de plus en plus compliquée.

Bien qu’il ne se passe pas longtemps de la présence de l’homme sur la terre et que le temps écoulé depuis lors soit relativement négligeable en comparaison avec l’âge du globe et la pérennité de la vie, de clairs renseignements nous manquent encore, quant à l’évolution de la vie humaine dans les ères préhistoriques.

Cependant, les archéologues ont pu nous fournir de bons renseignements sur les particularités de la vie de l’homme dans les différentes périodes de son existence grâce à leurs fouilles et aux vestiges qu’ils ont découverts.

Selon ces explorations, la préhistoire se divise en plusieurs ères distinctes(1). À l’âge de la pierre, pour continuer à vivre et apaiser sa faim, l’homme se faisait des armes primitives en bois ou en pierre, dont il se servait pour la chasse.

Pour se prémunir contre les bêtes féroces, il se réfugiait au fond des grottes. Les phénomènes atmosphériques l‘effrayaient. L’obscurité l’agaçait. Il n’était jusque-là qu’un chasseur qui déployait toutes ses forces pour abattre sa proie et vaincre son ennemi, au moyen de son marteau, de sa massue et de sa lance faits sous les formes les plus élémentaires.

Pendant cette période, il découvrit le feu à l’aide duquel il put faire cuire son repas et vaincre l’obscurité. Des siècles et des siècles s’écoulèrent ainsi avant que l’homme ne dépassa pas les étapes de l’âge de l’ancienne pierre. Avec son entrée dans l’âge de la nouvelle pierre, des changements furent apportés dans sa manière d’exister.

Quoique les instruments dont il se servait pour vivre et travailler fussent encore réduits en pierre, il apprit à les faire avec plus de délicatesse, plus polie et plus régulière. Il se fit une cabane en superposant des morceaux de pierre et de bois. Il fabriqua des récipients de ménage, en pâte argileuse, en s’aidant du feu et de la chaleur du soleil. Il parvint à connaître en quelque sorte les secrets de l’agriculture et l’art de domestiquer les bêtes. Il apprit à semer les grains, à planter certains arbres fruitiers, à abattre par l’arc et la flèche quelque gibier, et enfin à pêcher par la lance. Et, il quitta progressivement l’âge de la pierre, pour commencer celui du métal.

La période suivante fut celle de l’éclosion de la civilisation. Dans cette période, la vie de l’homme prit une nouvelle forme, ce fut une étape distincte de celles d’autrefois. L’homme n’y fut plus comme avant, une bête affamée sans cesse en quête de sa nourriture. Les divers événements dont il fut témoin l’amenèrent à s’intéresser à ses alentours plutôt que de songer à son ventre. Ses besoins augmentèrent parallèlement avec ses nouvelles conquêtes de la nature. Bref, cet être bipède qui avait vécu longtemps dans la barbarie se fraya finalement une voie vers la civilisation, et dans les conditions où il était encore prisonnier de son obscurantisme, des lueurs de la science vinrent de loin, lui frapper les yeux.

Or, ce qui distingue l’homme de la bête, c’est sa raison et sa faculté de comprendre. Une force intérieure pousse l’homme vers la découverte de nouvelles voies. Grâce à ce don naturel qu’est la raison, l’homme observe avec attention les objets qui l’entourent. Il fait réflexion sur eux, en tire des expériences, et il emmagasine les connaissances ainsi reçues dans sa mémoire.

Dans le quatrième millénaire avant Jésus Christ, l’homme fit des progrès dans divers domaines. L’écriture, l’industrie, le commerce et l’art prirent naissance. Les bases de l’édifice de la civilisation furent jetées. Dans cette période, l’homme consacra une partie de ses activités à la sculpture et l’architecture. Pour fabriquer des instruments de travail et des ustensiles de ménage, il tira profit du cuivre, puis du fer...

Une grande religion fut fondée à Babylone par Abraham (que le salut de Dieu soit sur lui). Celui-ci fut chargé par Dieu de prendre dans ses mains la direction du peuple égaré de ce pays, et d’améliorer la situation morale de Babylone. Abraham commença son œuvre, et pour ce faire, il attaqua vivement les idées insensées et absurdes. Les défenseurs de ces idées, dont Namrud, dirigeant d’une clique très puissante, qui se voyait lui aussi menacé par les propagandes d’Abraham lui opposèrent résistance. Namrud spécialement, déploya toutes ses forces pour le vouer à l’échec.

Mais en propageant ses croyances monothéiques et en poursuivant sans trêve ses luttes contre les tyrans, Abraham parvint à briser la force infernale de Namrud. Et puis après avoir fait de longs voyages, il arriva à la terre de Hedjaz, où il jeta, avec l’aide de son fils Ismaël, les bases de la Maison de l’unicité. À l’âge des métaux succède la première période historique.

À partir de l’an 750 avant J.C, l’histoire a pu enregistrer les chroniques. Deux siècles se passent depuis la constitution de la monarchie romaine, que Zoroastre professe ses idées en perse.

En chine et au Japon, ce sont Lao-Tseu et Confucius qui répandent leurs opinions philosophiques.

Platon et Aristote s’élèvent dans le giron de la Grèce. Et enfin, dans un état où la matérialité a complètement marqué la vie de l’homme, Jésus Christ (que le salut de Dieu soit sur lui) reçoit la mission divine de réformer la société humaine pour la préserver ainsi du malheur de la matérialité juridique. Il se voue à la formation et à la purification morale de la société.

Dans cette période, le progrès de l’homme se révèle par les moyens de communication, la construction de bâtiments, l’industrie et la médecine.

Depuis l’an 476 après J.C, c’est le Moyen-Age qui commence. Cette ère embrasse d’innombrables événements. L’église ne se contente plus de son autorité spirituelle: elle agit sur l’opinion publique. Les massacres, l’ignorance, la discorde et la sauvagerie caractérisent l’Europe de cette période. À cette même époque, se fonde à l’Est la civilisation islamique, dont nous parlerons dans les chapitres suivants.

La renaissance commence à partir de 1453, avec l’entrée à Istanbul, du Sultan Mohammad le conquérant, et la chute de l’Empire de la Rome orientale. En France, en Angleterre, en Allemagne et en Autriche, de puissants rois accèdent au trône. L’invention de la boussole permet de franchir l’Atlantique et de découvrir l’Amérique.

Cette période est caractérisée par l’intercommunication des peuples, l’extension des puissances et un mouvement scientifico-intellectuel animant les esprits. Après la grande Révolution française en 1789, l’industrie prend un essor sans précédent: inventions et découvertes viennent les unes après les autres. Tout est rénové. Et finalement, grâce à cette grande Révolution, un nouveau chapitre est ouvert dans l’histoire de l’Europe.

Note :

1-Les archéologues affirment que la vie de l’homme a connu différentes étapes. Des civilisations se sont épanouies, pour finir par disparaître. Les traces retrouvées difficilement des profondeurs de la Terre en sont témoins. Cette dernière période pourrait être commencée par l’époque d’Adam.

 

 

Mots clés: