Question: Vous avez également expliqué à un autre endroit qu’il a été dit que le pronom هوdu verset:

قُلْ هُوَ نَبَأٌ عَظِيمٌ

« Dis: “Il est une grande nouvelle" »(1)

s’adresse au jour de la Résurrection; qui est certes la signification la plus impensable. Quelle est la raison de cette invraisemblance? Étant donné que deux versets plus haut, on trouve une quinzaine de versets sur le jour de la Résurrection et la rétribution des gens. Vous-mêmes avez commenté «نبأ عظیم » par le jour de la Résurrection.

Réponse: Il nous faut préciser que les deux versets précédents dont vous avez parlé ont justement coupé le lien avec les quinze versets précédents, par:

قُلْ إِنَّمَا أَنَا مُنْذِرٌ

« Dis: “Je ne suis qu’un avertisseur… » (2)

Cette fois c’est un nouveau style de propos qui commence. Et dans les versets suivants, Il déclare:

« Dis: “Pour cela, je ne vous demande aucun salaire; et je ne suis pas un imposteur. Ceci (le Saint Coran) n’est qu’un rappel à l’Univers. Et certainement vous en aurez des nouvelles bientôt ! » (3)

C’est le Saint Coran qui est visé dans ce verset; et d’ailleurs il n’y a aucun inconvénient à ce que le Saint Coran soit qualifié de "grande nouvelle" autant que le jour de la résurrection. Conférence commémorative en l’honneur du martyr Chouchtarî et message envoyé à cette occasion par allamé Tabâtabâï à l’occasion d’une cérémonie organisée pour commémorer la mémoire du Qadi Nûrullah Chouchtarî, illustre martyr de la communauté musulmane ainsi qu’auteur du célèbre livre "Ehqâq al-haqq". Cette conférence se déroula en Inde et plusieurs messages des religieux du Hawzah de Qom furent envoyés à cette occasion, dont, voici ci-dessous, le texte du message envoyé par allamé Tabâtabâï pour y être lu:

Dieu le Tout Puissant, exalté soit-Il, s’adresse ainsi, dans ces paroles au saint Prophète (a.s.s.):

« Dis: "Je ne vous en demande aucun salaire, sauf celui qui le désire, qu’il choisisse un chemin conduisant vers son Seigneur." » (4)

Ces paroles, miracle universel, qui furent transmises durant 23 ans de propagation du message islamique par le Saint Prophète, ont eu pour effet d’accorder à l’Islam, une place au sein de la communauté mondiale en tant que religion authentique. S’adressant au Saint Prophète (a.s.s.), Dieu le Très Haut dit:

« Dis: “Je ne vous demande aucune récompense pour cela si ce n’est de l’affection envers mes proches…” » (5)

Du contexte de ce verset, il est clair que la religion que Dieu nous demande d’accepter et qu’il a désignée comme étant la rétribution du Saint Prophète est un rite qui joint à ses convictions l’affection pour les membres de la famille du Prophète (a.s.s.).

Le Prophète (a.s.s.), dans la tradition appelée « Safînah », affirme: « L’exemple des gens de ma demeure est pareil à l’exemple de l’arche de Noé: quiconque s’y embarque trouve le salut et quiconque s’en détourne se noie » (6).

" مثل اهل بیتی کمثل سفينة نوح من رکبها نجا و من تخلّف عنها غرق"

De même que, dans la célèbre tradition « Thaqalaïn » transmise avec une très haute fréquence, il affirme: « Certes, je laisse parmi vous les deux joyaux: le Livre de Dieu et les miens qui sont les gens de ma demeure. En effet, ces deux joyaux ne se sépareront point jusqu’à ce qu’ils me rejoignent au Bassin [paradisiaque]; et tant que vous vous y cramponnerez, vous ne vous égarerez point après moi » (7).

"إنِی تارک فیکم الثقلین, کتاب اللّه و عترتی اهل بیتی وو أنّهما لن یفترقا حتّی یردا علیّ الحوض,ما إن تمسّکتم بهما لن تضلّوا بعدی ابداً"

Ces traditions exposent parfaitement le lien existant entre la religion et l’affection pour les gens de la maison. Elles inculquent clairement que les musulmans doivent prendre pour guides les membres de la famille du Prophète et les imiter dans leur foi, formant ainsi le rite chiite. De nos jours celui-ci comprend près de cent millions de pratiquants dans le monde et est reconnu comme une religion officielle. (8)

En effet le chiisme est la religion pure qu’avait choisie le Très Haut en tant que récompense de l’invitation du Prophète, il est le produit de la prophétie de ce dernier.

Ce rite est d’une telle valeur qu’il l’a payé du sang de onze Imams immaculés parmi les douze Imams duodécimains de la famille du Prophète (a.s.s.). Le sang avait déjà coulé auparavant lors de la guerre d’Ohud, de la bouche et du front du très Saint Prophète lui-même (a.s.s.).

L’école chiite a subi et enduré de nombreuses épreuves et souffrances et a parcouru différents stades durant les quatorze siècles suivant le décès du Saint Prophète. Alors que des dizaines de milliers et même des centaines de milliers de ses partisans ont été massacrés par leurs opposants tout au long de ces péripéties, elle perdit aussi un certain nombre de ses savants. Nous pouvons ainsi citer le premier martyr Mohammad-ibn-makkî, le deuxième martyr Zeyno d-dîn Ehsaï et martyr Nûrullah Chouchtarî reposant dans cette magnifique sépulture… Nous devons, en voyant ce mausolée, nous souvenir de tous les efforts et privations consentis par nos prédécesseurs dans le chemin de Dieu, pour permettre à la religion véridique et divine de persister et se revivifier. Afin de préserver, sauvegarder et propager ce rite vecteur du droit et de la vérité; ainsi que le sang des martyrs – nos guides très purs de la famille du Prophète, savants religieux et des milliers de croyants innocents-, efforçons-nous de poursuivre leur chemin et n’hésitons pas à y sacrifier nos vies et nos biens:

« Ne vous laissez pas battre, ne vous affligez pas alors que vous êtes supérieurs, si vous êtes de vrais croyants. » (9)

Notes:

1- Coran, Sourate 38 (çâd), verset 67.

2- Coran, Sourate 38 (çâd), verset 65.

3- Idem, versets 86 à 88.

4- Coran, Sourate 25 (Le discernement), verset 57.

5- Coran, Sourate 42 (La consultation), verset 23.

6-Durru l-manthûr: 3/334

7-Ehqaq –al-haqq: 9/341.

8- Les chiffres mentionnés datent de plus de 35 ans et le nombre de chiites de par le monde depuis a énormément progressé. (Note du traducteur)

9- Coran, Sourate 3 (La famille d’Imran), verset 139.