Question: Sachant qu’à l’époque du Commandeur des croyants (surnom donné à l’Imam ‘Alî, premier Imam chiite, successeur du Saint Prophète) (le salut de Dieu soit sur lui), ses partisans (chiites) furent divisés en deux groupes en fonction de leurs agissements sociaux. Les premiers se maintinrent à l’écart de tous les tumultes, agitations sociales et désaccords du moment pour ne se préoccuper que de leur amélioration et de la purification (tahzîb nafs) de leur âme (par exemple Oveïs Qarani, Komeil et bien d’autres). Pour tomber finalement en martyr dans l’escorte de l’Imam, être assassiné par un tiers ou bien décéder d’une mort naturelle.

Le deuxième groupe lui était constitué de personnes, qui contrairement au premier groupe, sont intervenues activement dans ces luttes sociales, comme Mâlek Achtar et bien d’autres.

Ces deux fronts existaient également ces deniers siècles, nous pouvons citer dans la première catégorie le défunt Hâdj Mollâ Hussein ‘Alî d’Hamadân et l’élite de ses étudiants. Pour la deuxième le défunt Âqâ cheikh Mohammad Hussein Kâchef-ol-ghétâ et Seyed Charaf-od-dîn Djabal 'Âmelî.

Nous aimerions savoir si l’éducation morale peut se faire au sein de la société ou si elle nécessite un mode de vie retiré et solitaire. Quelle est entre-elle, la méthode retenue par l’Islam et les Imams? Et quelle est la plus efficace pour mener à bonne fin les objectifs islamiques?

Réponse: Il ressort du Livre et des traditions que l’Islam réclame une connaissance parfaite de Dieu et une servitude sincère; afin que l’homme ne dépende de personne d’autre que Dieu – honoré soit Ses Noms- (aucune appartenance). Dans ce perfectionnement, plus ont réussi dans cette voie, plus cela est désirable, peu importe la quantité:

يَا أَيُّهَا الَّذِينَ آمَنُوا اتَّقُوا اللَّهَ حَقَّ تُقَاتِهِ

« Craignez Dieu comme Il doit être craint… » (1)

فَفِرُّوا إِلَى اللَّهِ ۖ إِنِّي لَكُمْ مِنْهُ نَذِيرٌ مُبِينٌ

« Accourrez donc vers Dieu. Moi, Je suis pour vous de Sa part, un avertisseur explicite. »(2)

L’Islam est une religion sociale qui a résilié le mode de vie solitaire des ermites. Ceux qui se préoccupent de purifier leur âme, de parfaire leur foi et leur connaissance de Dieu; doivent atteindre la perfection au sein de la société, en participant à la vie des autres. Les personnes éduquées et suivaient les Imams aux débuts de l’Islam, selon cette ligne de conduite. Salman connu comme détenteur du dixième rang de la foi, gouvernait dans la ville de Madâi'n et Ovéïs Qarani qui était l’exemple même de la foi et de la perfection, participa à la guerre de Seffîn et tomba en martyr dans l’escorte du Commandeur des croyants.

Notes :

1-Coran, Sourate 3 (La famille d’Imran), verset 102.

2-Coran, Sourate 51 (Qui éparpillent), verset 50.