Reste fidèle à ton épouse

Lorsque l’alliance conjugale est établie entre l’homme et la femme, leurs vies personnelles se transforment en des vies sociales communes. Cela signifie qu’entre eux s’établie une sainte alliance, qui mettra fin à leur célibat. Ils devront rechercher leur bien-être et rester fidèles à leurs engagements. Ils devront s’épauler et s’encourager dans leur jeunesse comme dans leur vieillesse, dans l’aptitude physique et mentale comme dans le handicap, dans la bonne santé comme dans la maladie, dans la misère comme dans la joie, dans la richesse comme dans la pauvreté, en un mot ils devront veiller l’un sur l’autre.

Ils doivent se montrer dignes de cette sainte alliance et des liens qui les unissent, en favorisant la bonté et la fidélité. Lorsqu’un homme épouse une jeune fille, il s’engage à l’aimer et à la soutenir tout au long de sa vie. Plus tard, sa jeunesse s’estompera progressivement et il ne devra pas pour autant l’abandonner. Le temps qui passe ne devra pas être un facteur de renoncement vis-à-vis de ses engagements, mais plutôt une cause de renforcement des liens les unissant. Lorsqu’une jeune femme choisit son mari, c’est pour vivre avec lui toute sa vie. Elle s’investit énormément dans la réalisation de tous leurs projets en l’aidant à construire un avenir stable et prospère pour sa famille. Elle a confiance en lui et sait qu’il ne l’abandonnera pas.

Il est très regrettable cependant de voir certains hommes oublier les principes élémentaires et éminents de la masculinité, qui feraient d’eux des hommes remarquables, magnanimes et  fidèles, aux caractères bien trempés, véritables protecteurs pour leurs familles. Ceux-ci effectivement après avoir profité de la jeunesse et de la fraicheur de leurs épouses, se mettent à convoiter des femmes plus jeunes et justifient ensuite leur demande de divorce par des raisons absurdes, dans l’espoir de se remarier. La satisfaction des désirs égoïstes pour des plaisirs éphémères, a supplanté l’hédonisme comme finalité naturelle du mariage. Notez s’il vous plaît les exemples suivants : Un homme a divorcé de son épouse sous prétexte qu’après leur mariage son père était mort et que son oncle avait fait faillite.(1)

Un homme qui a épousé une femme par amour, dit l’avoir répudié parce qu’il ne l’aimait plus.(2)

Une femme nommée… s’est plainte à la cour en ces termes : « Pendant des années j’ai vécu avec mon mari en essayant de le servir, mais maintenant que je suis malade, il me menace de quitter la maison parce que dit-il, il ne veut pas d’une femme malade ».(3)

Mon cher Monsieur ! Vous n’êtes pas un animal pour passer votre vie dans la cupidité, l’égoïsme et ne faire que manger. Vous êtes un être humain doué d’une conscience, doté d’affection, d’une dévotion et de compassion. Une fille chaste et innocente, qui a laissé ses parents pour devenir votre épouse et qui mieux que n’importe qui réalise un travail fantastique dans sa maison mérite-t-elle que vous la  quittiez pour assouvir des plaisirs charnels, avec des femmes devenues pour vous plus jeunes qu’elle ? Si vous lui faites du tort, vous serez un oppresseur et les injustes sont punis dans ce monde. Sachez qu’en vous remariant vous échangerez pour quelques plaisirs éphémères le confort et le soulagement mental, par le stress et l’adversité. Vous perdrez votre réputation et vos enfants auront du ressentiment vis-à-vis de vous.

Si votre épouse tombe malade, prenez les dispositions nécessaires pour l’aider à guérir. S’il s’agit d’une maladie incurable, soyez lui dévoué et faites preuve de courage. Ne lui rajoutez pas des soucis en la délaissant ou en la quittant. Si vous étiez à sa place très gravement
malade, qu’attendriez-vous d’elle ? Eh bien, elle attend la même chose de vous. Si lorsque vous êtes malade et que votre épouse entre en conflit contre vous puis  demande le divorce, serait-ce une bonne chose pour vous ? Ou aimeriez-vous avoir près de vous des personnes égoïstes et infidèles ?

Si vous pensez que la loyauté et le sacrifice sont bons, alors soyez fidèle à vous-même et à votre épouse.

Notes :

1- Journal Etilaat 25 Déy 1350.

2- Journal Etilaat 26 Chahrivar 1348.

3- Journal Etilaat 18 Ordibéhécht 1351

 

 

Schlüsselwörter: