L’invocation de l’Imam as-Sâdeq(p) pour les visiteurs de l’Imam Hussein(p) à Karbala’

Muawiya fils de Wahab entra chez l’Imam as-Sâdeq(p) : il(p) était prosterné sur son tapis de prière, invoquant Dieu de cette invocation :

« Ô celui Qui nous a spécifiés par la noblesse et nous a spécifiés par le Testament, Qui nous a promis l’intercession, Qui nous a donné le savoir de ce qui est passé et ce qui reste [va venir], Qui a fait que les cœurs des gens s’inclinent vers nous, pardonne-moi, à mes frères ainsi qu’aux visiteurs de la tombe d’Abû Abdallah al-Hussein(p) qui ont dépensé leurs biens et se sont déplacés en personne (leurs corps) dans le désir de notre bienfaisance, dans l’espoir de ce qu’il y a auprès de Toi dans le lien avec nous, en vue de faire plaisir à Ton Prophète(s) en réponse à notre ordre de leur part, en vue de mettre en colère nos ennemis –  ils ont voulu par cela [obtenir]Ta Satisfaction – !

Alors, récompense-les de notre part par la Satisfaction ; protège-les durant le jour et la nuit ; veille à leur place  de la meilleure façon sur leurs familles et leurs enfants qu’ils ont laissés derrière eux ; accompagne-les et protège-les contre le mal de tout arrogant entêté et de tout faible ou fort de Tes créatures ; contre tout mal des shaytans des gens et des djinns.

Accorde-leur le meilleur de ce qu’ils ont espéré de Toi dans leur éloignement de leur patrie et pour nous avoir préférés à leurs enfants, leurs familles et leurs proches.

Mon Dieu, c’est que nos ennemis leur ont reproché leur sortie, mais cela ne les a pas empêchés de se déplacer en personne, en opposition à ceux qui sont en opposition à nous.

Alors, fais miséricorde à ces visages que le soleil a changés ; fais miséricorde à ces joues qui se sont retournées sur la tombe d’Abû Abdallah(p) ; fais miséricorde à ces yeux desquels ont coulé des larmes par miséricorde pour nous ; fais miséricorde à ces cœurs qui se sont affligés et qui ont brûlé pour nous ; fais miséricorde au cri qui était [lancé] pour nous !

Mon Dieu, je Te confie ces âmes et ces corps jusqu’à ce que nous arrivions à eux au Bassin, le Jour de la grande soif ! »

Il était ainsi prosterné, invoquant Dieu de cette invocation. Quand il eut fini, je lui dis : « Que je sois en rançon pour toi. Si ce que j’ai entendu de toi était pour celui qui ne connaissait pas Dieu, j’aurais pensé que le Feu ne goûterait rien de lui ! Par Dieu, j’aurais souhaité l’avoir visité et ne pas être allé au Hajj. » Il(p) me dit : « Tu en es proche, qu’est-ce qui t’empêche de t’y rendre ? » Puis il(p) ajouta : « Ô Muawiya, pourquoi laisses-tu cela ? » Je lui dis : « Que je sois en rançon pour toi, je ne savais pas que l’ordre atteignait tout cela [que c’était aussi important]. » Il(p) dit : « Ô Muawiya, ceux qui invoquent pour ses visiteurs sont plus nombreux au ciel que ceux qui invoquent pour eux sur terre. »

(rapporté par Muawiya fils de Wahab, in al-Kâfî vol.4 p582 – Bâb Fadl Ziyârat Abî Abdallah al-Hussein(p))

 

 

Schlüsselwörter: