Les dernières visions de l’Imam Hussein(p) à Karbala’

L’Imam al-Hussein(p) leur avait dit (à ses compagnons) aux derniers instants du combat à Karbalâ’ : « Patience, ô fils de la Noblesse ! La mort n’est qu’un pont qui vous fait passer de la misère et des malheurs aux Paradis étendus et aux Bienfaits éternels. Alors, lequel d’entre vous détesterait  passer de la prison au palais ? Alors que pour vos ennemis, elle [la mort] n’est qu’un passage du palais vers la prison et le châtiment !

Il(p) avait ajouté : « Le Messager de Dieu(s) m’a dit : « Le monde ici-bas est la prison du croyant et le paradis de l’incroyant. La mort n’est qu’un passage pour les premiers vers leur Paradis et pour ces derniers vers leur Enfer. » Je n’ai pas menti et on ne m’a pas menti. » (Ma‘ânî al-Akhbâr p288) 

 Puis, après avoir mené la dernière prière en ce monde sur le sol de Karbala’, l’Imam al-Hussein(p) s’était tourné vers ses compagnons et leur avait décrit le  Paradis comme s’il(p) y était déjà : « Ô nobles gens ! Voici [devant vous] le Paradis avec ses portes grandes ouvertes, ses fleuves ininterrompus, ses fruits mûrs, ses châteaux décorés, où vont et viennent ses jeunes hommes et ses « houris » ; Voici le Messager de Dieu(s) et les martyrs qui ont été tués avec lui(s) ; Voici mon Père [le Prince des croyants(p)], ma Mère [Fâtimah az-Zahrâ’(p)]  qui sont dans l’expectative de votre arrivée, qui s’en réjouissent et qui vous désirent ardemment. Alors protégez votre religion, défendez l’honneur du Messager de Dieu(s), [prenez la défense de] votre Imam(p), le fils de la fille de votre Prophète(s) !

C’est que Dieu Très-Elevé vous met à l’épreuve par nous. »

 En  entendant cela, ils [les compagnons de l’Imam Hussein(p)] s’étaient mis à pleurer et avaient dit : « [Que] nos âmes soient [prises] et non pas les vôtres ! [Que] notre sang soit [versé] et non pas le vôtre ! Que nos esprits soient en rançon pour vous !  Par Dieu ! Que personne d’entre vous ne soit atteint par une ruse tant que nous sommes en vie, alors que nous avons fait don de nos âmes aux sabres et de nos corps aux oiseaux ! Que nous puissions vous protéger de l’avancée des rangs et boire la mort et non pas vous ! A remporté une grande victoire celui qui a accompli un bien en ce jour. Que vous soyez protégés de la mort ! »

 (tiré de Mûsû‘at Karbalâ’ de Labîb Baydûn vol.2)

 

Schlüsselwörter: