Mukhtar Thaqafi éprouvait-il une affection pour Abou Bakr et Omar ? Pourquoi, il ne défendit pas l’Imam Hussein(béni soit-il), à Karbala ?

Résumé de la réponse

Les hadiths portant sur Mukhtar se divisent en deux catégories : Certains  hadiths lui rendent hommage et certains autres le blâment. Cependant, les spécialistes de la science des hadiths se penchent, plutôt, sur les hadiths qui font éloge de Mukhtar que ceux qui lui font des reproches. Donc, les avis se divergent. Majlissi (que Dieu l’accueille dans Son paradis), considère le hadith (la délivrance de Mukhtar par l’Imam Hussein), comme étant un reflet des hadiths portant sur l’éloge ou le blâme, faits à Mukhtar. Il estime qu’au début, Mukhtar fera partie des gens de l’enfer, en raison de sa conviction, avant d’être sauvé du châtiment divin, avec l’aide de l’Imam Hussein (béni soit-il). Ceci dit, Ayatollah Khoei (que Dieu lui réserve Son paradis), considère que le document de ce hadith est faible. Avant le soulèvement de l’Imam Hussein (béni soit-il), et le mouvement d’Achoura à Karbala, Mukhtar fut incarcéré, à Kufa, sur ordre d’Ibn Ziad, pour avoir soutenu, Muslim Ibn Aqil, émissaire de l’Imam Hussein et il fut écroué jusqu’à la fin du soulèvement de Karbala.

Réponse détaillée

Mukhtar Ibn Abi Obeidah, appartenait à la tribu Thaqaf. Alias, Abu Ishaq, il fut surnommé, également, Kaysan, c'est-à-dire celui qui est perspicace, intelligent.(1) Selon un hadith, Asbaq Ibn Nabatah, l’un compagnons de l’Emir des Croyants, le vénéré Imam Ali( béni soit-il), dit : «  C’est l’Emir des Croyants qui donna à Mukhtar le surnom de Kaysan » (2)

Il apprit les vertus morales, à l’école des gens de la Demeure prophétique (bénis soient-ils). Au début de sa jeunesse, Mukhtar, accompagné de son père et de son oncle, vint en Irak pour participer à la guerre contre l’armée perse. Il reste, toujours, aux côtés de l’Emir des Croyants, que la paix de Dieu soit sur lui. Après le martyre du vénéré Imam Ali, Mukhtar se déplaça, à Bassora et y logea, pour une courte période. (3)Allamah Majlissi écrit : «  Mukhtar expliquait aux gens les vertus des gens de la demeure prophétique. Il parlait aux gens des traits saillants de l’Emir des Croyants, et des vénérés Imam Hassan et Hussein, que la paix et la bénédiction de Dieu soient sur eux. Il croyait que la descendance du prophète  méritait mieux que quiconque pour l’Imamat et la gouvernance de la société islamique. Il était mécontent des difficultés et des souffrances infligées à la descendance du noble prophète. (4)

La personnalité de Mukhtar dans l’optique des hadiths

Les hadiths portant sur Mukhtar se divisent en deux catégories : Certains hadiths lui rendent hommage et certains autres le blâment.

A.    Les hadiths qui font l’éloge de Mukhtar

Sont abondants des hadiths qui rendent hommage à Mukhtar. Ici, nous nous contentons de vous en mentionner, trois, succinctement.

1.     Le vénéré Imam Sadiq (béni soit-il), dit : «  Les femmes hachémites ne se peignèrent ni se tendirent les cheveux, les cheveux, avec le henné, jusqu’à ce que Mukhtar envoya à notre famille, les têtes des assassins de l’Imam Hussein (béni soit-il). (5) Ayatollah Khoei considère comme authentique ce hadith. (6) Ce hadith est un signe d’approbation des activités de Mukhtar.

2.     N’injuriez pas Mukhtar, car, il a tué nos assassins et se venger du sang de nos martyrs. Au moment de la vicissitude, il partage entre nous, certains avoirs, et arrangea la vie des femmes sans épouse. (7)

3.     Selon un autre hadith, lorsque l’on envoya la tête d’Obeidullah ibn Ziad et celle d’Omar Ibn Saad, au vénéré Imam Sajjad (béni soit-il), ce dernier se prosterna, remercia Dieu et dit : «  Que Dieu accorde une énorme récompense à Mukhtar ». (8)

B.    Les hadiths blâmant Mukhtar

Ici, nous nous bornerons à vous en mentionner, trois :

1.     Le vénéré Imam Sadiq (béni soit-il), dit : «  Mukhtar attribua un mensonge à l’Imam Sajjad, que la paix de Dieu soit sur lui. ». (9)

2.     Selon un autre hadith, Mukhtar envoya 20,000 dinars à l’Imam Zein ul-Abedin (béni soit-il). Le vénéré Imam accepta cette somme et la dépensa pour reconstruire les maisons ruinées. Puis ; Mukhtar envoyé, à une autre occasion, à l’Imam une somme de 4000 dinars, mais cette fois-ci, ce dernier lui en refusa. (10) Selon un autre hadith, le vénéré Imam dit : « Je n’accepte pas le don des menteurs ». (11)

3.     Un autre reproche fait à Mukhtar, c’est que l’on dit qu’il croyait en l’Imamat de Mohammad Ibn Hanafiya et invita les gens à se tourner vers lui, ce qui donna lieu à la secte des Kaysânides.(12)

Mukhtar dans l’optique des oulémas

La plupart des savants et des spécialistes des hadiths confirment plutôt ceux des hadiths qui font l’éloge de Mukhtar, tout en donnant leur avis sur une autre catégorie de hadiths qui lui font des reproches :

A.    Les hadiths blâmant Mukhtar sont faibles au niveau de documents et de preuves.(13) A ce propos, Kashi ( que sa demeure soit au paradis), dit : «  A mon avis, ces hadiths furent falsifiés et forgés par des Sunnites ». (14)

B.    Ces hadiths furent émis, par l’Imam, dans le cadre de la Taqiyya (la dissimulation de la foi), pour que l’Imam et la famille hachémite restent à l’abri des maux des souverains despotiques de l’époque. (15)

C.    Il existe un hadith selon lequel, Mukhtar envoya, deux fois, des dons, au vénéré Imam, la première fois, l’Imam l’accepta tandis que la seconde fois, il les refusa. «  Je n’accepte pas le don des menteurs » aurait dit le vénéré Imam. Mais, cela semble fort improbable, car cette justification fut valable pour le premier cas aussi. (16)

D.    Les hadiths attribuant la secte des Kaysânides à Mukhtar sont, du point de vue des spécialistes de la science des hadiths, des accusations que les gens de confession sunnite portèrent contre lui, car Mohammad Ibn Hanafiya n’eut jamais une prétention au titre de l’Imamat pour que Mukhtar appelle les gens vers lui. La secte de Kaysânides fut créée après le décès de Mohammad Ibn Hanafiya. (17)

Certains savants remettent en doute la conviction de Mukhtar, en s’appuyant sur deux hadiths :

1.     Le vénéré Imam Sadiq, que la paix et la bénédiction de Dieu soient sur lui, dit : «  le prophète, que Dieu le bénisse, lui et les siens, passe le Pont As-Sîrat. Le vénéré Imam Ali (béni soit-il) et le vénéré Imam Hassan (béni soit-il), le suivront. Puis, lorsque, le vénéré Imam Hussein (béni soit-il), arrive au milieu du Pont As-Sîrat, Mukhtar (souffrant du châtiment de l’enfer), criera : «  O Aba Abdullah, je me vengé de votre sang. Le prophète (que le salut de Dieu soit sur lui et sur ses descendants) dit : «  O Hussein ! réponds à son appel. Puis, l’Imam Hussein, que la paix de Dieu soit sur lui, sauve, comme une aigle, Mukhtar, du feu de l’enfer. Soit, Si le cœur se fendrait, l’amour pour les deux califes s’y serait manifesté.(18)

2.     Il y a, également, un autre hadith du même contenu, relaté de l’Imam Sadiq (béni soit-il). Pourquoi, en dépit de tous ses services rendus, Mukhtar s’enfonce dans l’enfer ? , interrogea le rapporteur, le vénéré Imam Sadiq. Et ce dernier répondit : «  Il y avait dans la poitrine, le cœur de Mukhtar, l’amour pour les deux califes. Et l’Imam de poursuivre : «  Je jure par Dieu que s’il avait dans le cœur de l’ange Gabriel et de l’ange Mikaeil, le moindre amour pour ces deux personnes, Dieu, le Très-Haut, les ferait tomber dans le feu de l’enfer. (19)

Allamah Majlissi, en énonçant ces deux hadiths, considère qu’au début Mukhtar fera partie des gens de l’enfer, mais, en raison son ses activités et ses services rendus, il se sauvera, grâce à l’aide de l’Imam Hussein (béni soit-il), du châtiment divin. (20) Mais, Ayatollah KLhoei estime que ces deux hadiths sont faibles, au niveau de documents et de preuves et il considère comme bonne la conviction de Mukhtar. (21)

Mukhtar et le soulèvement de l’Imam Hussein (béni soit-il)

 Avant le soulèvement de l’Imam Hussein (béni soit-il), et le mouvement d’Achoura à Karbala, (22) Mukhtar fut incarcéré, à Kufa, sur ordre d’Ibn Ziad, pour avoir soutenu, Muslim Ibn Aqil, émissaire de l’Imam Hussein et il fut écroué jusqu’à la fin du soulèvement de Karbala.

Notes:

1-Majlissi, Mohammad Baqer, Bihar al-Anwar, t. 45, Institut Al-Wafa, Beyrouth, 1404 de l’hégire lunaire, Firouz Abadi, Mohammad Ibn Yaqoub, Qamous al-Mohit, t. 1; p. 257, Beyrouth, Dar al-Ahyar al-Tharath al-Arabi, 1991.

2-Kashi, al-Ridjal, p. 127, Téhéran, 1969; Bihar al-Anwar, t.45, p. 344.

3-Al-Moussavi, Al-Moqram, Abd ul-Razeq, Moqtal al-Hussein, p. 167, Dar al-Thaqafah, deuxième publication, 1411 de l’hégire lunaire.

4-Bihar al-Anwar, t. 45, p. 352.

5-Bihar al-Anwar, t.45, p.366. Rijal al-Kashi, p. 125.

6-Khoei, Abu al-Qassem, Mujem, al-Rijal, t. 18, p. 94, Qom, 1410 de l’hégire lunaire.

7-Bihar al-Anwar, t.45, p. 343. Rijal al-Kashi, p. 125.

8-Rijal al-Kashi, p.127.

9-Bihar al-Anwar, t. 45, p. 343.

10-Ridjal al-Kashi, p. 128.

11-Idem, P. 126.

12-Hilli, Ibn Davoud, Ridjal, p. 514.

13-Mu'jam al-rijāl, t. 18, p.97.

14-Rijal Ibn Davoud, p. 514.

15-Mu'jam al-rijāl [15], t. 18, p. 100.

16-Rijal Ibn Davoud, p. 514.

17-Idem Mu'jam al-rijāl, , t.18,p.101.

18- Cheikh Toussi, Tahdhib al-Ahkam, t.1, p.467, hadith 1528, Téhéran, 1365 de l’hégire lunaire.

19-Bihar al-Anwar, t.45, p.34O.

20-Bihar al-Anwar, t.45, p. 345, hadith 5.

21- Mu'jam al-rijāl [21], t. 18, p. 100.

22- Majlissi, Mohammad Baqer, Bihar al-Anwar, t.45, p.353, Institut al-Wafa, Beyrouth, 1404 de l’hégire lunaire.

 

Schlüsselwörter: