Hadith : ” Je suis la Cité du savoir et ‘Ali en est la porte.”

Jâbir b. ‘Abdillah rapporte du Prophète (pslf) : « Je suis la Cité de la Science et ‘Ali en est la porte (le portail) ; quiconque désire se rendre à la cité doit passer par la porte ». En commentant ce hadîth, Al- Hâkim dit : « C’est un hadîth authentique de par sa chaîne de transmission ». Al-Hâkim, Al-Mustadrak, 3/126.

L’Imam Ahmad ibn Hanbal: Musnad. Al-Hâkim, Al-Mustadrak, 3/127-129. Mulla Ali Muttaqi: Kanzu’l-Ummal, partie VI, p.401. Hafiz Abu Nu’aim Isfahani: Hilyatu’l-Auliya. Sabban Misri: Is’afu’r-Raghibin. Ibn Maghazili Faqih Shafi’i: Manaqib. Jalalu’d-din Suyuti: Jam’u-s-Saghir, Jam’u’l-Jawami’y et La’aliu’l-Masnu’a. Thirmidhi: Sahih, v.II, p.214. Mohammad ibn Talha Shafi’i: Matalibu’s-Su’ul. Cheik Sulayman Balkhi Hanafi: Yanabiu’l-Mawadda. Mohammad ibn Yusuf Ganji Shafi’i: Kifayatu’t-Talib. Sibt Ibn Jauzi: Tadhkirat-e-Khawasu’l-Umma. Ibn Hajar Makki: Sawa’iq Muhriqa, ch.9, p.75. Muhibu’d-din Tabari: Riyazu’n-Nuzra. Sheikhu’l-Islam Hamwaini: Fara’idu’s-Simtain. Ibn Sabbagh Maliki: Fusulu’l-Muhimma. Ibn Abi’l-Hadid Mu’tazali : Sharh-e-Nahju’l-Balagha et une foule d’autres confirment l’authenticité de ce hadith : « Je suis la maison de la science et Ali est sa porte ; ainsi celui qui désire acquérir la connaissance doit entrer par la porte. »

Le Messager d’Allah (SAW) saisit la main de ‘Ali le Jour de Hudaybiyyah et dit : « Voici le Prince des Vertueux, le tueur des Pervers, est victorieux celui qui le soutient ; est abandonné celui qui l’abandonne. – Il le disait à haute voix – je suis la Cité de la science et ‘Ali sa porte. Quiconque veut la maison qu’il passe par la porte ». Al-Khatib, Târîkh Baghdâd, 2/377.
D’après Ar-Râzî (Tafsîr) et Al-Muttaqî al-Hindî (Kanz-Al-’Ummâl) ‘Ali (a. s.) dit : « De la science, le Messager d’Allah m’enseigna mille portes (voies). Chacune de ces portes s’est ramifiée en mille portes ».

Abût-Tufayl dit : « J’ai assisté à un sermon donné par ‘Ali et je l’ai entendu dire : « Demandez-moi à savoir, car par Allah ! Des événements (choses) qui se produisent d’ici jusqu’au Jugement dernier, il n’y a pas un seul au sujet duquel vous me questionnerez que je ne vous en donne le récit. Demandez-moi à propos du Livre d’Allah car, par Allah, il n’y a pas de verset que je ne sache ! Je vous dirai s’il fut révélé de jour ou de nuit dans une plaine ou sur une montagne … ». Tafsîr d’Ibn Jarîr, 26/116, Tabaqât, Ibn Sa’d, 2/2/101 ; Thdhîb, Al-Tahdhîb, 7/337 ; Fat-h al-Bârî, 10/221, Huliyat al-Awliyâ’, 1/67-68 ; Kanz al-’Ummâl, 1/228.

Jam’u’l-Jawami’y par Suyuti. Tahdhibu’l-Ansar par Muhammad Bin Jarir Tabari. Tadhkiratu’l-Abrar par Seyyed Muhammad Bukhari. Mustadrak par Hakim Nishapuri. Naqdu’s-Sahili par Firuzabadi. Kanzu’l-’Ummal par Ali Muttaqi Hindi. Kifayatu’t-Talib par Ganji Shafi’i et Tadhkiratu’l-Muzu’a par Jamalu’d-din Hindi. Ils affirment : « Si quelqu’un rejette ce hadith, il se trompe certainement. »

Dans Rauzatu’l-Nadiya par Amir Muhammad Ya mani. Bahru’l-Asanid par Hafiz Abu Muhammad Samarqandi et Matalibu’s-Su’ul par Muhammad Bin Talha Shaf i’i ont généralement confirmé la véracité de ce hadith.

Ce hadith a été relaté par différentes manières et de diverses sources. La plupart des compagnons et des suiveurs l’ont relaté, Abdullah Ibn Abbas, Jabir Ibn Abdullah Ansari, Abdullah Ibn Mas’ud, Hudhaifa ibn Yaman, Abdullah Ibn Umar, Anas ibn Malik et Amr ibn As. Parmi les tabi’in (la deuxième génération après les compagnons) : l’Imam Zainu ‘l-Abidin, l’Imam Muhammad Baqir, Nabuta ibn Asbagh, Jarir Azzabi, Harith ibn Abdullah Hamdani Kufi, Sa’d ibn Ta’rifu’l-Hanzali Kufi, Sa’id ibn Jabir Asadi Kufi, Salma ibn Kuhail Hazarmi Kufi, Sulayman ibn Mihran A’mash Ku fi, Asim ibn Hamza Saluli Kufi, Abdallah ibn Uthman ibn Khisam ibn Al-Qari Al Makki, Abdu’r-Rahman ibn Uthman, Abdallah ibn Asila Al-Muradi, Abu Abdullah Sanabahi et Mujahid ibn Jabir Abu’l Hajjaj ibn Al Makhzumi Al Makki.

Plusieurs traditionnalistes sunnites et historiens l’ont rapporté. Environ 200 références de ulémas Sunnites ont enregistré ce hadith authentique. Voici certains de ces ulémas illustres et leurs livres:

Ibn Jarir Tabari (d. 310 A.h commentateur et historien du Troisième siècle de l’héjire). Hakim Nishapuri (d. 405 A.h.) : Mustadrak, v.III, pp 126.128.226. Sahih de Tirmidhi (d. 289 A.h). Jalalu’d-din Suyuti (d. 911) : Jam’u’l-Jawami’y et Jam’u’s-Saghir, v.I, p. 374. Abu Qasim Sulayman ibn Ahmad Tabrani (d. 491 A.h) : Kabir et Ausat. Hafiz Abu Muhammad Hasan Samarqandi (d. 491 A.h.) : Bahru’l-Asanid. Hafiz Abu Nu’aim Ahmad ibn Abdullah Ispahani (d.410 A.h) : Ma’rifatu’l-Sahaba. Abdu’l-Barre Qartabi (d. 463 A.h) : Isti’ab, v.II, p. 461. Al-Jalabi Ibn Maghazili (d. 483 A.h) : Manaqib. Abu Shuja ‘Shirwaih Hamadani Dailami (d. 509 A.h.) : Firdausu’l-Akhbar. Abu’l-Mu’ayyid Khatib Khawarizmi (d. 568 A.h.) : Manaqib, p.49 et Maqtalu’l-Husain, v.I, p.43. Hasan Damishqi (d. 572 A.h) : Ta’rikh-e-Kabir. Abu Hujjaj Yusuf ibn Muhammad Andalusi (d.605 A.h) : Alif-Bas, v.I, p. 222. Abu’l Hasan Ali ibn Muhammad Athir Jazari (d. 630 A.h) : Asadu’l-Ghaiba, v. IV, p.22. Muhibu’din ibn Ahmad ibn Abdullah Tabari Shafi’i (d. 694 A.h) : Riyazu’l-Nuzra, v.I, p.129 et hakha’iru’l-Uquba, p.77. Shamsu’din ibn Muhammad ibn Ahmad Dhahabi Shafi’i (mort 748 A.h.) : Tadhkiratu’l-Huffaz, vol.IV, p.28. Badru’d-din Muhammad Zarkashi Misri (mort 749 A.h.) : Faizu’l-Qadir, vol.III, p.47. Hafiz Ali ibn Abi Bakr Haithami (mort 807 A.h.) : Majma’u’z-Zawa’id, Vol.IX, p.114. Kamalu’din ibn Muhammad ibn Musa Damiri (mort 808 A.h.) : Hayatu’l-Haiwan, vol. I, p.55. Samsu’din ibn Muhammad ibn Muhammad Jazari (mort 833 A.h.) : Asnu’l-Matalib, p.14. Shahabu’din Hajar Ahmad ibn Ali Asqalani (mort 852 A.h.) : Tahdhibu’l-Tahdhib, vol.7, p.337. Badru’din ibn Mahmud ibn Ahmad Hanafi (mort 855 A.h.) : Umdatu’l-Qari, vol.7, p.631. Ali ibn Hisamu’d-din Muttaqi Hindi (mort 975 A.h.) : Kanzu’l-Ummal, vol. 6, p.156. Abu’r Ra’uf ibn Al-Munawi Shafi’i (mort 1031 A.h.) : Faizu’l-Qadir, Sharh-e-Ja mi’u’l-Saghir, vol.4, p.46. Hafiz Ali ibn Ahmad Azizi Shafi’i (mort 1070) : Siraju’l-Munir Jam’u’s-Saghir, vol. III, p.63. Muhammad ibn Yusuf Shami (mort 942 A.h.) : Subulu’l Huda Wa’l-Rishad fi Asma’i Khairu’l-Ibad. Muhammad ibn Yaqub Firuzabadi (mort 817 A.h.) : Naqdu’s-Sahih. L’Imam Ahmad ibn Hanbal (mort 241 A.h.) : Mujaladab-e-Munaqab, Musnad. Abu Salim Muhammad ibn Talha Shafi’i (mort 652 A.h.) : Matalibu-s-Su’ul, p.22. Seikhu’l Islam ibn ibrahim Muhammad Hamwaini (mort 722 A.h.) : Fara’idu’s-simtain. Shahabu’d-din Dowlat Abadi (mort 849 A.h.) : Hidayatu’s-Su’ada. Seyyed Allama Samhudi Nuru’d-din Shafi’i (mort 911 A.h.) : Jawahiru’l-Iqdain. Qazi Fazl ibn Ruzbahan Shirazi : Ibta’lu’l-Batil. Nurud- din ibn Sabbagh Maliki (mort 855 A.h.) : Fusulu’l-Muhimma, p.18. Sahadu’d-din ibn Hajar Makki : Sawa’iq-e-Muhriqa. Jamalu’d-din Ata’ullah Muhadith-e-Shirazi (mort 1000 A.h.) : Arba’in. Ali Qari Harawi (mort 1014 A.h.): Mirqat Sharh-e-Mishkat. Muhammad ibn Ali Subban (mort 1205 A.h.): Is’afu’l-Raghibin, p.156. Qazi Muhammad ibn Sukani (mort 1250 A.h): Fawa’idul-Majmu’a Fi’l-AHadithi’l-Muzu’a Seyyed Mahmud Alusi Baghdadi (mort 1270 A.h.): Tafsir-e-Ruhu’l-Ma’ani. l’Imam Al-Ghazali :’Ihya’u’l-Ulum. Seyyed Ali Hamadani Faqih-e-Shafi’i: Mawaddatu’l-Qurba. Abu Muhammad Ahmad ibn Muhammad asimi: Zainu’l-Fata. Shamsu’d-din ibn Muhammad ibn Sakhawi abdu’r-Rahman (mort 902 A.h.): Maqasidu’l-Hasana. Sulayman Balkhi Hanafi (mort 1293 A.h.): Yanabiu’l-Mawadda, ch 14. Yusuf Sibt Ibn Jauzi: Tadhkirat-e-Khawasu’l-Umma. Seyyed Husain Fuzi Harawi Sadrud-din: Nuzahatu’l-Arwah. Husain Meibudi: Sharh-e-Diwan. Ibn Ali Khatib Baghdadi (mort 463 A.h.) : Ta’rikh, vol. 2, p.377, vol.4, p. 348, et vol. 7, p.173. Mohammad ibn Yusuf Ganji Shafi’i (mort 658 A.h.) : Kifayatu’t-Talib, à la fin du ch 58.

Après citation du hadith par l’Envoyé d’Allah (saw), l’Imam Ahmed ibn Muhammad Al Siddiqi Maghribi dans son livre, Fathu’l-Ali bi Sihat-Hadith-Bab-Madinatu’l-Ilm (imprimé par la préssion d’Ilamiyyah , Egypte, 1354 A.H) dit : “Tous les compagnons instruits, la prochaine génération après eux et la progéniture du Prophète ont reconnu les vertus, la vaste connaissance et le jugement d’Ali supérieur à toute la communauté islamique, Abu Bakr, Umar, Uthman et d’autres compagnons consultèrent Ali concernant des sujets sur la religion et suivaient ses conseils dans les affaires administratives. Ils ont admis qu'il était l’excellence dans la connaissance et la sagesse.”

 

 

Schlüsselwörter: