Quels sont les avantages des écoles et des courants de pensée religieuse sur les écoles et les courants de pensée athée ?

Résumé de la réponse

Avant toute chose, il convient de rappeler ce point la principale ressemblance entre l’Islam et les autres religions, qui n’ont pas été altérées, consiste à instaurer l’Unicité et l’adoration de Dieu sur la terre et à en émanciper les habitants de la servitude et de la soumission à tout ce qui se situe en dehors de Dieu. Le noble coran dit : « Nous avons envoyé dans chaque communauté un Messager, [pour leur dire]: «Adorez Allah et écartez-vous du Ṭāğūt». Alors Allah en guida certains, mais il y en eut qui ont été destinés à l’égarement. Parcourez donc la terre, et regardez quelle fut la fin de ceux qui traitaient [Nos messagers] de menteurs ». Si nous tenons compte de cette similitude, nous constatons que même le christianisme et le judaïsme, dont les prophètes c'est-à-dire le vénéré Jésus (béni soit-il) et le vénéré Moïse (béni soit-il), qui appelèrent, eux-aussi, à l’Unicité et à l’adoration de Dieu unique et dont  les principes initiaux furent restés, loin de toute altération et manipulation,  ont des avantages sur des cultes et des écoles de pensée athée et païenne. Bien que, dans chaque époque, certains adeptes de ces religions monothéistes, en faisant fi de leurs principes initiaux, altérèrent la Thora et l’Evangile et transformèrent, finalement, ces deux religions en quelque chose similaire aux écoles et courants de pensée non-religieuse. Le plus important avantage qu’une école de pensée religieuse a sur une école de pensée non-religieuse consiste à ce qu’elle éveille la nature innée (la Fitra), de l’homme, lui permettant de réaliser les perfections spirituelles, déposées, potentiellement, en lui. Pour mieux dire, cela rendre, progressivement, le terrain favorable pour que l’homme puisse faire le passage de «  être » vers «  devenir » dans son parcours vers la perfection, autrement dit, qu’il puisse faire le passage d’une situation potentielle vers une situation virtuelle, et ce sur la base des fondements et de justes valeurs religieuses.

Réponse détaillée

Avant toute chose, il convient de rappeler ce point la principale ressemblance entre l’Islam et les autres religions, qui n’ont pas été altérées, consiste à instaurer l’Unicité et l’adoration de Dieu sur la terre et à en émanciper les habitants de la servitude et de la soumission à ce tout ce qui se situe en dehors de Dieu. Le noble coran dit : « Nous avons envoyé dans chaque communauté un Messager, [pour leur dire]: «Adorez Allah et écartez-vous du Ṭāğūt».(1) Alors Allah en guida certains, mais il y en eut qui ont été destinés à l’égarement. Parcourez donc la terre, et regardez quelle fut la fin de ceux qui traitaient [Nos messagers] de menteurs ». Si nous tenons compte de la similitude dans la mission des prophètes, nous constatons que même le christianisme et le judaïsme, dont les prophètes c'est-à-dire le vénéré Jésus (béni soit-il) et le vénéré Moïse (béni soit-il) qui appelèrent, eux-aussi, à l’Unicité et à l’adoration de Dieu unique et dont les principes initiaux qui furent restés, loin de toute altération et manipulation, ont des avantages sur des cultes et des écoles de pensée athée et païenne. Bien que, dans l’époque contemporaine, certains adeptes de ces religions monothéistes, en faisant fi de leurs principes initiaux, ont procédé à l’altération et à la manipulation de la Thora et de l’Evangile et ce à tel point que ces deux religions pourraient se situer, dans de nombreux cas, dans la catégorie des écoles de pensée non-religieuse.

Parmi les religions divines, l’Islam est une religion globale et complète dont les enseignements comportent toutes les dimensions individuelles et sociales en vue de parvenir au salut. La globalité de la religion de l’islam est le signe de l’ampleur et de l’étendue de son champ d’action. La globalité de l’Islam se converge avec l’objectif de sa révélation par Dieu ; l’objectif de la révélation et de la descente de la religion s’inscrit, exactement, dans le cadre de l’objectif de la création de l’homme ; car Dieu Qui a créé l’homme pour un objectif, doit lui faire transmettre les prescriptions, les instructions, les directives et les connaissances nécessaires pour qu’il puisse atteindre cet objectif.  Ces programmes furent envoyés par Dieu, dans diverses époques, en fonction des besoins, des compétences et des aptitudes des êtres humains. Et le programme complet fut apporté pour l’humanité, par le noble prophète, le très vénéré Mohammad (que le salut de Dieu soit sur lui et sur ses descendants), et ses successeurs, à savoir les Imams infaillibles (bénis soient-ils).(2)  Donc, l’Islam a une prééminence et une supériorité par rapport aux autres religions divines. Cela étant dit, les écoles et les courants de pensée religieuse ont des avantages sur les écoles et les courants de pensée athée, comme le Libéralisme,  dont les adeptes ne croient en aucun des principes ni des méthodes des religions célestes authentiques restant à l’abri de toute manipulation. Nous faisons allusion, ci-dessous, à une série de ces avantages et de ces différences (d’une manière générale).

  1. L’avantage et la différence dans les objectifs

Les écoles, les courants de pensée et les systèmes, dont les principes et le mode de vie ne reposent pas sur la religion, concentrent, toutes leurs attentions, sur le «  le monde d’ici-bas » et sur «  l’anthropocentrisme ». Autrement dit, l’objectif le plus important consiste à assurer, exclusivement, les besoins matériels de la société et de l’homme. Il n’y d’autre objectif que cela. (3) Mais, dans les systèmes religieux, deux objectifs sont poursuivis, l’un consistant à assurer les besoins matériels pour assurer le salut dans le monde d’ici-bas et l’autre consistant à assurer le salut éternel dans l’autre monde. Les plus importants objectifs de l’Islam sont :

  1. Instaurer l’Unicité et l’Adoration de Dieu sur la terre et émanciper les gens de la servitude envers tout ce qui se trouve en dehors de Dieu.
  2. Bâtir une société exemplaire et idéale par l’établissement de l’équité et de la justice islamiques. « Nous avons effectivement envoyé Nos Messagers avec des preuves évidentes, et fait descendre avec eux le Livre et la balance, afin que les gens établissent la justice. Et Nous avons fait descendre le fer, dans lequel il y a une force redoutable, aussi bien que des utilités pour les gens, et pour qu'Allah reconnaisse qui, dans l'Invisible, défendra Sa cause et celle de Ses Messagers. Certes, Allah est Fort et Puissant ».(4) l’établissement de la justice sociale vise à favoriser le développement et la promotion des vertus humaines et à atteindre la perfection et à se rapprocher de Dieu. Ce sont les œuvres spécifiques de l’islam. Ce, alors, que des efforts ne sont  déployés dans ce sens, par aucune école et courant de pensée athée, non-religieuse, pour mieux dire, la promotion des vertus transcendantes humaines et la création d’un climat propice et approprié pour le salut dans le monde d’ici-bas et dans le monde de l’au-delà n’y sont pas à l’ordre du jour.
  3. Eveiller la nature innée (la Fitra), de l’homme et réaliser les perfections spirituelles potentielles qui sont déposées en son for intérieur. Autrement dit, rendre le terrain favorable pour que l’homme puisse faire le passage de «  être » vers «  devenir » dans son parcours vers la perfection, autrement dit, qu’il puisse faire le passage d’une situation potentielle vers une situation virtuelle, et sur la base des fondements et de justes valeurs religieuses.
  1. La différence dans les méthodes et les critères pour faire une distinction entre le bon et le mauvais.

Dans les écoles et courants de pensée athée, les méthodes, censées discerne le bien et le mal, les devoirs et les non-devoirs, s’effectuent, souvent, sans tenir compte des valeurs et des principes fondamentaux religieux et de la Révélation. Ils estiment que la raison peut, tout seule, sans avoir besoin de la Révélation, discerner le bon et le mauvais. Cette vision relève du courant appelé «  le rationalisme extrémiste ». Certains d’entre eux estiment que les émotions et les sentiments humains suffisent, à eux seuls, de discerner le bien et le mal. Il existe, d’autres visions concernant les critères permettant de distinguer le bien et le mauvais. De toute évidence, le mépris affiché aux valeurs fait que dans une vision «  l’objectif justifie les moyens ». Ce principe se transforme, pratiquement, en une règle dominante, négligeant, totalement, les idéaux et les principes moraux. Mais, en Islam, il n’est pas permis d’avoir recours aux critères et aux méthodes qui sont incompatibles avec la morale et la dignité divine de l’homme et qui contredisent les valeurs sublimes morales et qui détruisent le salut éternel de l’être humain.(5)

  1. La vision à deux sens de l’Islam vis-à-vis de l’homme en matière d’auto-édification.

En Islam, l’itinéraire de l’auto-édification, de la perfection et du salut humain repose sur une vision à deux sens. Cette vision repose sur cette vérité que l’être humain, outre son corps, possède l’esprit et l’âme qui se trouvent dans une position supérieure. Donc, l’être humain ne doit pas, se concentrer, exclusivement, sur son corps, et négliger son âme. Le noble coran, lorsqu’il parle de la création de l’homme, fait allusion à ces deux caractéristiques. « Et Il a commencé la création de l’homme à partir de l’argile » (6) Puis, dans un autre verset du noble coran, nous lisons « puis Il tira sa descendance d'une goutte d'eau vile [le sperme] ».(7) C’est la même dimension corporelle, matérielle de l’être humain. Puis, dans un autre verset fait allusion à la dimension et à la vérité spirituelle de l’être humain et indique : «   puis Il lui donna sa forme parfaite et lui insuffla de Son Esprit. Et Il vous a assigné l'ouïe, les yeux et le cœur. Que vous êtes peu reconnaissants! ».(8)

L’âme divine est un élément céleste, anobli et immortel. Du point de vue de l’islam, c’est élément métaphysique demeurera après la désintégration du corps et aura une existence éternelle, accompagnée du bonheur ou du malheur, selon les actes que l’être humain a accomplies. L’étude de la connaissance de l’homme met en évidence que la perfection de l’être humain ne se réalise qu’avec la perfection de sa dimension spirituelle et l’acquisition des caractéristiques sublimes humaines. (10)

 Notes:

1-La sainte sourate 16 (Les Abeilles), le verset 36.

2-Pour plus d’information, référez-vous aux index suivants : «  Les Raisons de l’Authenticité de l’Islam », question 275(Site : 73), «  Les  caractéristiques et la supériorité de l’Islam par rapport aux autres religions », question 12304(Site : 12069).

3-RF : “ Le people et l’Etat basé sur le Wali Faqih ( l’Autorité du Jurisconsulte islamique et son avantage par rapport au système, basé sur le libéralisme », question 9981- Site : 10127).

4-La sainte sourate 57 (Le fer), le verset 25.

5-Référez-vous aux index “ Le rôle des sources religieuses dans la morale », «  la morale de perfection et ses conséquences »; «  La morale basée sur la religion ».

6-La sainte sourate 32(la prosternation), le verset 7.

7-La sainte sourate 32(la prosternation), le verset 8.

8-La sainte sourate 32(la prosternation), le verset 9.

9-Référez-vous aux index suivants : «  le salut et la perfection de l’homme »; «  la Religion et l’Homme », «  l’éternité de l’homme et son expérience dans le monde d’ici-bas »; «  L’homme et la dignité »; «  Le rapport entre l’homme, la religion et le monde d’ici-bas ».

 

 

Schlüsselwörter: