L’invocation: arme insoupçonnée

Définition de l’invocation

L'invocation est une imploration, une prière de demande, une supplication que nous adressons à Dieu pour qu'il satisfasse nos besoins, nous accorde Ses bienfaits, pardonne nos péchés, nous aide à surmonter nos difficultés, à résoudre nos problèmes, à corriger nos défauts, à nous rapprocher de Lui, à trouver le droit chemin et la paix intérieure.

 La portée d'une invocation a toujours été depuis Adam (p) l'arme favorite à laquelle recouraient les Imams et les croyants pieux pour mener à bien les tâches difficiles qui leur avaient été assignées, et à supporter les calvaires qu'ils ont souvent subis.

 C'est pourquoi, l'Islam a vivement recommandé aux croyants d'avoir recours à ce moyen de communication avec Dieu pour arriver à bon port.

 Ainsi, le Coran nous informe que Nūh (Noé), Ibrāhīm (Abraham), Mūssā (Moise), Ayyūb (Jacob), Zakariyyâ (Zachari) et d'autres messagers pratiquaient l'invocation, surtout pendant les moments difficiles de leur vie, et il nous suggère par là-même de prendre conscience de la valeur de l'invocation, et de l'importance de cette forme d'adoration dans la relation entre l'homme et le Seigneur, ainsi que dans son enracinement dans la notion de la Foi, puisque même les prophètes qui représentent le sommet de l'humanité quant à leur proximité de Dieu et leur lien avec Lui, y recouraient.

 Le Prophète Muhammad (P) a dit : « Le meilleur acte d'adoration est, après la lecture du Coran, l'invocation. »

 Cette recommandation trouve sa confirmation dans divers versets coraniques à travers lesquels Dieu Lui-même exhorte les croyants à Lui adresser leurs prières pour qu'Il les exauce: « Et quand Mes serviteurs t'interrogent sur Moi… Alors je suis tout proche ! Je réponds à l'appel de celui qui Me prie quand il Me prie. Qu'ils répondent à Mon appel, et qu'ils croient en Moi, afin qu'il soient bien guidés ». [Coran II, 186].

 « Votre Seigneur dit : « Appelez-Moi, je vous répondrai. Ceux qui, par orgueil, se refusent à M'adorer entreront bientôt dans l'Enfer, humiliés » [Coran XL, 60].

 Ces deux versets montrent deux aspects de l'importance de l'invocation.

 Dans le premier verset, Dieu compatit à la détresse des serviteurs et les encourage à faire appel à Lui, et Il leur promet qu'Il leur viendra en aide et qu'Il satisfera leurs besoins.

 Dans le second, l'invocation est présentée comme un acte d'adoration par lequel les hommes doivent témoigner de leur servitude envers Dieu, sous peine de paraître hautains envers Lui et de mériter donc Son châtiment terrible.

 L'invocation apparaît ainsi comme un moyen d'atteindre le salut dans ce bas-monde et dans l'Au-delà, et une ligne de démarcation entre la croyance et l'incroyance, le Paradis et l'Enfer.

 Sans doute, l'invocation trouve-t-elle sa pleine signification dans le verset suivant : « Dis : Mon Seigneur ne se souciera pas de vous sans votre prière; mais vous avez démenti (le Prophète). Votre châtiment sera inévitable et permanent ». (Coran XXV, 77).

 Il ressort de ce verset que Dieu prend soin de Ses serviteurs proportionnellement au degré de lien qu'ils établissent avec Lui par l'invocation.

 La question qui se pose est comment un rite religieux acquiert une telle importance et comment il détermine, par son accomplissement, le rapport de l'homme avec son Seigneur ?

 Pour tenter d'esquisser un élément de réponse à cette interrogation, il faut concevoir que l'invocation n'est pas un simple acte d'adoration ou une simple tradition religieuse formelle, mais l'expression vivante du sentiment de l'homme du besoin qu’il a de Dieu dans toutes ses affaires, et de la reconnaissance profonde de sa servitude, incarnée par sa conviction intime de son attachement à Dieu et de la subordination totale de son existence à Lui.

 Il va de soi qu'on ne saurait atteindre à une foi vivante en Dieu sans ce sentiment et sans cette conviction, car la foi n'a de sens que lorsqu'on a la conviction intime de l'existence d'une Toute-Puissance illimitée et d'une force absolue et infinie devant laquelle l'homme apparaît faible, impuissant et incapable de justifier son existence autrement que par la volonté divine.

 L’importance de l'Invocation est qu’elle est en rapport avec notre besoin d'exprimer cette foi en Dieu, et d'œuvrer en vue de la maintenir vivante à l'intérieur de nous-mêmes, de la renouveler à tout moment, et de la consolider constamment.

 C'est pourquoi, il est dit dans le Hadith que l'invocation est « la moelle de l'adoration », car elle exprime la signification profonde de la servitude, de la soumission et du recueillement qu'incarne l'adoration, et sans elle, celle-ci équivaudrait à un corps sans âme ; c'est pourquoi aussi, l'invocation sort du cadre d'un simple rite traditionnel que l'homme pratique par pure habitude, sans compréhension et sons conscience.

 Pour que l'invocation produise les effets escomptés et que les demandes qui y sont formulées soient exaucées, il est vivement recommandé que le solliciteur sache le sens des mots qu'il prononce et soit conscient de l'importance de l'invocation et de sa signification générale.

 Selon l'Imam Ali (p), « Il n'y a rien à espérer d'un acte d'adoration sans une connaissance profonde, ou d'une lecture (récitation) sans un esprit de suite ».

 De même, on peut lire dans l'invocation quotidienne du mois de rajab : « Ô mon Dieu ! Je Te demande par le sens de tout ce par quoi Tes représentants Te prient… », Ce qui montre que la compréhension du sens de ce qu'on lit dans l'invocation est un facteur d'exaucement des demandes qui y sont formulées.

 Toutefois, cela ne doit nullement nous décourager de réciter l'invocation, lorsque nous ne pouvons pas en comprendre la signification.

 Réciter l'invocation est en soi une prise de conscience de notre besoin constant de Dieu, de l'importance de l'invocation pour nous, et un premier pas vers la compréhension de son contenu.

 

 

 

Schlüsselwörter: