Le mot « Chiite » est attribué à quelqu'un qui croit en l'Imamat et le califat successifs de ‘Ali ibn Abî Tâlib (p) et onze de sa progéniture après le Prophète Muhammad (P) et qui éprouve de l’amitié envers eux. Une telle personne est un chiite duodécimain. Bien sûr, il faut savoir que cette simple affection verbale ne suffit pas pour être un véritable chiite et ne garantit pas le salut dans ce monde et l'Au-delà. Fondamentalement, la croyance sans la pratique est simplement un concept mental.

Un certain engagement pratique est sous-entendu dans le mot « chiite ». Le sens lexical du «chiite» est «suiveur». Ceux qui s’appellent Chiites sont ceux qui ont suivi l’exemple du noble Prophète (P), de l'Imam ‘Ali (p), et des Imams infaillibles (p) dans leur discours, comportement et éthique. La pratique est une nécessité pour la foi véritable. S'il n'y a pas de pratique, la croyance sera conceptuelle et superficielle. L’affection réelle aussi aboutit à la satisfaction de l'être aimé et de ses volontés. Peut-on être un véritable amoureux des Imams infaillibles (p), mais se comporter contre leurs recommandations?

Pour une meilleure reconnaissance de vrais Chiites, il faut se référer aux déclarations des Imams infaillibles (p). Nous avons à ce propos ne nombreux hadiths dont certains sont cités ci-après :

Jâbir cite l’Imam Muhammad Bâqir (p) qui a dit :

« Ô Jâbir! Est-ce suffisant pour un Chiite de dire ‘J'aime les Gens de la Demeure prophétique ?’ Par Dieu ! N’est pas Chiite celui qui ne craint et n’obéit pas Dieu. Ô Jâbir! Nos Chiites (partisans) sont connus par ces caractéristiques : la modestie, l’humilité dans l'adoration, la curatelle, l’abondance d’invocations et de souvenirs de Dieu, l’observation du jeûne, l’accomplissement de la Prière, la bonté envers ses parents, le respect des pauvres, des débiteurs et des orphelins, et la véracité, à moins que « ne pas dire la vérité » soit bon et nécessaire. Nos Chiites étaient hommes de confiance dans leur tribu. »

Jâbir a alors demandé : « Ô fils de l'Envoyé de Dieu! Nous ne voyons pas ces gens en ce moment ? » L’Imam Bâqir (p) a répondu: «Ô Jâbir! Ne te donne pas de peine! Suffit-il de dire ‘J'aime ‘Ali (p) et d’accepter sa tutelle’, mais de ne pas le suivre pratiquement?’ Si quelqu'un dit: ‘J'aime le Prophète (P)’, mais il ne suit pas les actes, les faits et les dits de ce dernier, cette affection ne sera d'aucune utilité pour lui. Craignez Dieu et faites de bonnes œuvres! Il n’y pas de lien de parenté entre Dieu et l’homme. Les plus aimés et les plus honorables des serviteurs auprès de Dieu sont les plus justes et les plus pieux. Ô Jâbir! Par Dieu ! Seule la piété fait approcher les serviteurs de Dieu. Empêcher les gens de l'Enfer n'est pas dans nos mains. Personne ne pourra avancer aucun argument contre Dieu. Quiconque obéit à Dieu est notre ami. Et quiconque Lui désobéit est notre ennemi. Personne ne peut arriver à notre tutelle que lorsqu’il fait de bonnes œuvres et évite les péchés. »(1)

L’Imam Ja’far Sâdiq (p) a dit a Fuddayl : « Envoie nos salutations à nos Chiites et dis-leur: ‘Nous ne pouvons rien faire pour vous contre la volonté divine, sauf si vous évitez les péchés. Alors gardez vos langues et vos mains de commettre de péchés. Accomplissez la Prière et patientez. Certes, Dieu est avec les patients». (2)

L’Imam Sâdiq (p) a dit à Ibn Jundab : « Dis à nos Chiites : ‘Ne vous donnez pas de peine! Par Dieu ! Vous n'aurez pas de notre tutelle, sauf en évitant les péchés, essayant de célébrer le culte de Dieu, et aidant vos frères religieux. Toute personne qui opprime le peuple n'est pas de nos Chiites». (3)

L’Imam Sâdiq (p) a dit : «Ô les Chiites! Ne portez pas atteinte à notre dignité! Ne le faites pas devant les autres! Soyez aimable avec les gens, gardez vos langues (de péchés), ne dites pas de mots inutiles ou obscènes! » (4)

L’Imam Sâdiq (p) a dit  a Abû ‘Usâmah : « Je te conseille la piété, l’éloignement des péchés, la persévérance dans l'adoration, la véracité, la non trahison de la confiance d’autrui, et la bonté envers tes voisins. Attirez les gens avec vos actes! Ne portez pas atteinte à notre dignité et soyez le symbole de notre bonté! Prolongez vos rukû’ (inclination du corps pendant la Prière) et vos sodjûds (prosternations), parce que dans cet état, le Satan criera : ‘Malheur à moi! Ce serviteur de Dieu Lui a obéit, tandis que j’ai fait rébellion ; il s’est prosterné (devant le Seigneur), moi non. » (5)

L’Imam Sâdiq (p) a dit: « Attention à ne pas faire rien qu’on nous (Gens de la Demeure prophétique) reproche, car un mauvais enfant fait perdre la face à son père par ses actes répréhensibles. Soyez l’honneur de quelqu'un avec qui vous avez un lien de parenté! » (6)

L’Imam Hassan ‘Askarî (p) a dit aux Chiites : «Je vous recommande d'observer la piété dans la religion, de faire des efforts dans la voie de Dieu, de dire la vérité et être véridique, de ne trahir personne, qu’il soit bon ou mauvais, de prolonger votre prosternation, et de faire du bien à vos voisins. »

Le Messager de Dieu (P) a été nommé prophète et envoyé en mission prophétique pour les mêmes choses. Priez dans les mosquées des musulmans, escortez leurs cadavres vers la cimetière, visitez leurs malades, et rendez pleinement leurs droits, parce que quand l'un de vous est pieux et sincère, rend les dépôts (qu’il a acceptés à garder) à ses propriétaires, et se conduit bien avec le peuple, on dira de lui: «Il est Chiite », ce qui nous contente.

Soyez pieux et ne nous faites pas perdre la face. De cette façon, vous encouragerez notre amitié et éloignerez de nous la mauvaise réputation. Certes, nous méritons ce qui est dit à propos de notre bienveillance, et nous ne méritons pas ce qui est dit à propos de notre malveillance. Nous avons des droits quant à ce qui est dit dans le Livre de Dieu, pour notre proximité de l'Envoyé de Dieu (P), et pour notre purification par Dieu. Personne ne peut prétendre à cette position, sauf qu’il est menteur. »

Invoquez beaucoup Dieu! N'oubliez pas la mort! Récitez beaucoup le Coran! Priez Dieu pour qu’Il bénisse le Prophète (P) et les Siens parce que cette prière (Salawât) sur l'Envoyé de Dieu (P) aura une récompense décuplée. Suivez ces conseils! Je vous dis adieu. Les bénédictions de Dieu soient sur ​​vous! » (7)

L’Imam Sâdiq (p) a écrit dans sa lettre aux Chiites : « Observez le temps de la Prière, surtout la Prière de Midi. Priez pour l'amour de Dieu et accomplissez la Qunût(8), comme le Tout-Puissant l’a ordonné aux croyants dans Son Livre. Liez d'amitié avec de pauvres musulmans, car celui qui les rabaisse et mésestime s'est égaré, et la colère de Dieu est sur lui. Mon grand-père, Muhammad (P) a dit : «Dieu m'a ordonné d'aimer de pauvres musulmans. Prenez garde que quiconque humilie les musulmans sera humilié par Dieu de sorte que les gens le prennent comme leur ennemi. » (9)

L’Imam Sâdiq (p) a dit : «Ô Chiites de la Famille de Muhammad! Celui qui ne contrôle pas sa colère, se comporte méchamment envers ses amis et compagnons, ne réconcilie pas avec des amis, et ne s’oppose pas aux ennemis, il n'est pas Chiite. Ô Chiites de la Famille de Muhammad! Soyez pieux autant que vous le pouvez. Il n'y pas de force ni de puissance en dehors de Dieu. »(10)

Les hadiths susmentionnés et des dizaines de hadiths semblables révèlent certains points d’importance:

1. La simple expression d’être Chiite ou aimer les Gens de la Demeure prophétique (p) ne suffit pas; mais plutôt exercer les fonctions religieuses et éviter les péchés sont les principaux indicateurs du Chiisme.

2. L'expression de l'affection pour les Gens de la Demeure prophétique (p) n'apporte pas le salut posthume et le sauvetage des calamités dans l'Au-delà si elle ne s'accompagne pas la pratique d’actes (religieux) obligatoires et l’abstinence des péchés.

3. Accepter ou bien confirmer la tutelle des Gens de la Demeure prophétique (p) n'est possible qu’en observant les devoirs religieux et évitant les péchés.

4. Celui qui obéit aux ordres de Dieu est l'ami des Gens de la Demeure prophétique (p) et celui qui transgresse les règles divines est leur ennemi, même s'il exprime l'affection pour eux verbalement.

5. L’immunité de l’Enfer et la clé du Paradis n’est pas dans les mains des Imams infaillibles (p), autrement dit, ils ne peuvent pas emmener les gens au Paradis et à l’Enfer à leur discrétion : le Paradis et l’Enfer dépendent des actes des êtres humains.

6. Les Imams infaillibles (p) ont demandé à leurs adeptes de rendre les gens optimistes à l’égard des Gens de la Demeure prophétique, (p) par leur bonne manière et conduite et de ne pas leur (Gens de la Demeure) faire perdre la face en commettant des péchés.

7. Le plus noble Prophète (P) lui-même et les Imams infaillibles (p) étaient des musulmans pratiquants. Ils étaient sérieux dans leur intention d’accomplir les actes obligatoires et d’éviter les péchés ; ils l’étaient en accomplissant les actes recommandés et évitant ceux répréhensibles. Ils étaient les premiers, à leur époque, à observer la bonne conduite et les bonnes œuvres, et ils étaient à l’abri de toute conduite indécente.

Les musulmans et les Chiites ont comme devoir de suivre l’exemple de ces Gens à l’essence spirituelle. Le salut dans ce monde et dans l'Au-delà est uniquement accessible de cette façon.

Notes :

1- Kâfi, Vol 2, p. 74.
2- Michkâtul Anwâr, p. 44.
3- Tuhaful ‘Uqûl, p. 314.
4- Michkâtul Anwâr, p. 67.
5- Kâfi, Vol 2, p. 77.
6- Ibid, p. 219.
7- Tuhaful ‘Uqûl, p. 518.
8- Invocation récitée à la fin de la deuxième unité (rak’at)  de  chaque Prière quotidienne, avant de s’incliner, en se recueillant et en plaçant ses mains près de son visage. [Traducteur]
9- Tuhaful ‘Uqûl, p. 327.
10- Ibid, p. 401.